Eric Werner: «Légitimité de l’autodéfense»

par | 14.04.2019 | En accès libre, Passager clandestin, Slobodan Despot

En parallèle avec ses chroniques régulières dans l’Antipresse, notre contributeur Eric Werner poursuit son œuvre de philosophe et de penseur de l’époque. Le sujet de son nouvel ouvrage, de fait, s’avère très proche de ses «désenfumages» qu’on peut lire dans nos colonnes. Nous avons par conséquent décidé d’en faire le premier titre d’une collection publiée en collaboration avec les éditions Xenia. Remontant aux sources classiques, Eric Werner développe ici les conditions et les conséquences d’un basculement des citoyens vers l’autodéfense. Un sujet à la fois intemporel et… brûlant dans la perspective de la votation sur les armes qui aura lieu en Suisse au mois de mai. Extrait.

De quoi, aujourd’hui, la guerre est-elle le nom? (Extrait de l’Introduction)

« Ce qui précipite le plus l’évolution de l’art de la guerre, ce sont les guerres elles-mêmes », dit Proust. Mais qu’appelle-t-on ou non guerre? Là encore, c’est l’événement qui tranche. C’est la guerre elle-même qui dit ce qu’est ou non la guerre. De quoi elle est ou non le nom.

La guerre, aujourd’hui, subit une double évolution. La première, la plus souvent mentionnée, se trouve résumée dans le titre du livre de Qiao Liang et Wang Xiangsui : La guerre hors limites. « Hors limites », autrement dit s’étendant à tous les plans, à tous les éléments de la réalité. On pourrait aussi dire : totale. Car, comme le montrent ces deux auteurs, tout, aujourd’hui, est guerre. Ou encore, la guerre se rencontre aujourd’hui partout. Il n’est plus possible aujourd’hui de la cantonner dans un domaine spécifique. On peut qualifier cette évolution de centrifuge. On va du centre à la périphérie. L’autre, en revanche, est centripète. Nous avons parlé du rapetissement de la guerre, de son recentrage sur l’individu : l’individu comme sujet de la guerre. C’est l’évolution inverse.

De quoi, aujourd’hui, la guerre est-elle nom? Dans un livre intitulé Vers les guerres civiles, Charles Rojzman écrit : « Les violences collectives se préparent pendant des décennies ». Et encore : « La guerre civile est déjà dans les têtes ». Il parle aussi de « guerre civile virtuelle ». Le virtuel s’oppose en principe au réel. Parler de guerre civile virtuelle, c’est donc dire qu’elle n’est pas encore devenue réalité. En un sens c’est exact. On ne saurait dire que nous soyons aujourd’hui déjà en guerre civile. Mais le virtuel se distingue souvent mal du réel. Parlerait-on aujourd’hui, comme on le fait, de « guerre civile virtuelle », si la guerre civile n’était pas, pour une part au moins déjà réalité? Incomplètement encore, certes : la guerre civile est encore assez efficacement contenue (on pourrait aussi dire : circonscrite). Mais pour une part au moins déjà? A preuve la multiplication des actes terroristes (plusieurs centaines de morts en quelques années), mais aussi les chiffres en hausse constante de la criminalité, le développement de l’insécurité au quotidien, etc. La violence n’est pas simplement ici virtuelle, mais bel et bien réelle. Elle explose dans les écoles, les quartiers dits à risques (les autres aussi, parfois), les hôpitaux, les transports publics en soirée, aux abords des boîtes de nuit au petit matin : partout, en fait.

Pourquoi la guerre civile reste-t-elle encore relativement contenue, circonscrite? La raison en est d’abord l’existence de l’État. Car, nonobstant l’effondrement général auquel il a été fait plus haut référence, il existe aujourd’hui encore en Europe un État fort : État qui n’a d’ailleurs jamais été aussi fort qu’aujourd’hui. Prenons le problème de l’immigration. Les sociétés ouest-européennes sont aujourd’hui toutes, peu ou prou, multiraciales. Elles ne l’étaient pas il y a cinquante ans. Maintenant, oui, elles le sont. Les autorités ne sont pas par principe hostiles à la société multiraciale. Une société divisée contre elle-même est par nature plus docile et malléable qu’une société non divisée (divide ut impera). Les autorités voient donc les évolutions dans ce domaine d’un œil plutôt favorable. Allons même plus loin : elles les encouragent délibérément. On ne saurait pour autant en conclure qu’elles seraient favorables à la guerre civile : exactement favorables, non. Leur propre pouvoir en pâtirait. Elles veillent donc à ce que les conflits consubstantiels à la société multiraciale se maintiennent en certaines limites. Elles comptent pour cela sur la police.

Les autorités veillent également à prévenir toute velléité insurrectionnelle. Ce n’est pas en vain que les armées travaillent aujourd’hui sur des scénarios de combats en zone urbaine, n’hésitant pas à recycler, pour les appliquer au contexte européen, les doctrines de contre-insurrection autrefois utilisées dans les colonies en Afrique et en Asie.

C’est un premier élément d’explication. L’autre élément d’explication est évidemment la situation économique et sociale, situation qui n’a cessé de se dégrader au cours des dernières décennies, en termes aussi bien de qualité de vie que de niveau de vie. Les gens sont aujourd’hui à ce point accaparés par leurs problèmes personnels (stress au travail, recherche d’emploi, démarches administratives à n’en plus finir, formulaires à remplir, pauvreté, difficultés d’adaptation aux nouvelles technologies en constante évolution, fatigue, usure de l’âme et du corps, etc.) qu’ils n’ont tout simplement plus le temps ni l’énergie nécessaires pour penser à autre chose. Survivre, voilà leur problème. Mais là encore il existe certaines limites. On peut estimer par exemple que si les gens n’arrivaient plus à satisfaire certains besoins élémentaires, comme ceux lié à la nourriture et au logement, le basculement dans la révolte et la guerre civile cesserait alors de n’être que virtuel. Jusqu’ici, les populations ont toujours eu suffisamment à manger. Or rien ne nous dit qu’il en sera toujours de même à l’avenir.

*

Dans un livre récent, le philosophe néomarxiste Slavoj Žižek écrit : « Il est nécessaire d’affirmer haut et fort que notre mode de vie commun n’est pas tant menacé par l’afflux de réfugiés que par la dynamique du capitalisme mondial ». C’est aussi un problème. S’il est vrai que la dynamique du capitalisme mondial constitue en elle-même une menace, comment répondre à cette menace?

S’exercer à la dé-consommation, par exemple, est en soi déjà une réponse. On confond volontiers la frugalité avec la misère. Or, de fait, la frugalité est le meilleur moyen encore d’échapper à la misère! La misère est subie, la frugalité, au contraire, choisie. On hésitera ici peut-être à parler d’autodéfense. Mais objectivement parlant, c’est bien le mot qui s’impose. Se passer de voiture, de télévision, de smartphone, de vacances en Indonésie, faire durer ses habits, cultiver ses propres légumes, bref, vivre autrement, cela n’a rien en soi d’anodin. C’est faire défection, entrer en dissidence.

La réponse est individuelle, mais elle peut aussi être collective. On pense ici aux circuits courts, à l’économie de proximité. Tout part, le plus souvent, d’une initiative individuelle. Mais si au point de départ les initiatives sont individuelles, elles débouchent assez vite dans le collectif. Cette mouvance est peu organisée, mais comme le relève Eric Dupin, qui lui a consacré un beau livre, elle « travaille la société en profondeur ». On estime à environ 17  % le pourcentage de la population française sensible aux valeurs dont elle est porteuse. Il n’est pas interdit de voir en elle l’ébauche d’un contre-modèle au modèle de la mondialisation néolibérale.

Pour l’instant encore, l’État laisse faire, car il ne pense pas que ce qui se passe en ce domaine soit très important. C’est peut-être une bonne chose qu’il le pense.

On peut aussi lire…

This category can only be viewed by members. To view this category, sign up by purchasing Club-annuel, Nomade-annuel or Lecteur-annuel.

Le stoïcisme comme réalité

On n’écrit plus aujourd’hui de livres de ce genre: près de mille pages, en plus d’une certaine densité, bien construit et pensé, se nourrissant d’innombrables lectures, en même temps que d’une bonne expérience de la vie et de ses difficultés. L’auteur dit qu’il a mis huit ans à l’écrire, on le croit volontiers. Ce livre a demandé en tout cas beaucoup de travail. Mais le résultat est là: un livre magnifique.

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

Opprimer au nom de la dignité: le cas Alain Soral

La condamnation d’Alain Soral en Suisse pour délit d’opinion révèle une contradiction spectaculaire entre la loi et les principes constitutionnels. En voici une analyse juridique argumentée pointant une grave régression du droit que le système recouvre d’un voile de pudeur.

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

Guerre nucléaire et pulsion de mort

On aimerait dire le contraire, mais chaque jour qui passe nous rapproche un peu plus du moment où nous allons très probablement basculer dans la guerre. Et quand je parle de guerre, je ne fais pas référence à la «petite guerre», celle dont il était question dans ma précédente chronique: criminalité endémique, colonisation-immigration, terrorisme au quotidien, etc.

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

La guerre en Europe et les leçons du conflit israélien

Guerre en Europe: où en sommes-nous? Si l’on écoute le Ministre allemand de la Défense, les Russes devraient attaquer prochainement! Mais que dit une analyse géopolitique et polémologique plus approfondie? On va le voir, celle-ci tend à mettre au jour un autre type de menace. Qu’en est-il?

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

Réwokation de la raison

Sans s’en apercevoir vraiment, notre société est en train de succomber à la dictature d’une pensée sectaire qui s’est publiquement détournée de la science et de la raison et qui exclut le débat d’idées. Deux professeurs et philosophes éminents de Suisse exhortent la population et ses dirigeants à ouvrir les yeux sur la nature du wokisme.

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

Survivre… par la sagesse

Dans un monde de robots, la véritable expérience humaine devient une denrée rare. Pour la conférence-dîner du Club de l’Antipresse 2024, nous avons convié deux personnalités peu ordinaires à venir nous parler des défis de la peur et de nos ressources intérieures.

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

Un présage venu du Pacifique

C’est très loin, la Nouvelle-Calédonie. C’est un territoire colonisé: donc sans rapport avec la situation en métropole. Est-ce bien vrai? La Nouvelle-Calédonie ne nous tend-elle pas plutôt un miroir — ou un pronostic — de notre propre glissement vers la «guerre sauvage»?

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

Le nazisme comme «divinité immortelle»

On ne peut plus faire taire aujourd’hui l’adversaire en lui balançant à la figure la Deuxième Guerre mondiale. C’était bien commode pour maintenir un monopole du «narratif», mais cette ère est finie. La désacralisation de ce moment de l’histoire ne va toutefois pas sans conséquences.

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

Résister ou collaborer?

Peut-on aujourd’hui «avancer masqué» comme les pâles sujets de l’empire communiste décrits par Czesław Miłosz? Peut-on plier l’échine devant n’importe quelle exigence d’un pouvoir désaxé, appliquer n’importe quelle procédure absurde tout en «n’en pensant pas moins»? Face à ce dilemme, Olivier Battistini défend ardemment la position d’Alexandre Soljénitsyne: le mensonge ne passera pas par moi!

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

Du rififi à l’Est

On peut voir dans ces tumultes des événements isolés, locaux, sans cause extérieure. On peut aussi y lire la tentative désespérée d’un empire en perdition de freiner une réorganisation inéluctable du monde par l’aggravation tous azimuts du chaos.

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

Je est un(e) autre

Jusqu’à trois mois de prison et cent mille francs d’amende si vous vous opposez à la «libre» transition sexuelle de votre propre enfant… Cette menace ne sort pas d’une dystopie de science-fiction. Elle fait partie d’un projet de loi examiné dans le canton du Valais, pourtant réputé catholique et conservateur. Que reste-t-il de l’autorité juridiquement garantie des parents sur l’éducation de leur progéniture?

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

Actualité du Prince-esclave

Comment peut-on jouer au souverain quand on a soi-même la laisse autour du cou? C’est tout le dilemme des potentats régnant pour le compte d’autrui, et il ne date pas d’hier. Un concept élaboré au temps de l’Occupation paraît plus actuel que jamais dans l’Europe de 2024.

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

L’Antidote!

Chaque dimanche matin dans votre boîte mail, une dose d’air frais et de liberté d’esprit pour la semaine. Pourquoi ne pas vous abonner?

Nous soutenir