Et si les footballeurs avaient un Q.I. d’huître?

par | 21.02.2016 | En accès libre, Jean-François Fournier, Presse-Citron

Je partageais un verre divin de Marie-Thérèse Chappaz avec des amis parmi lesquels deux éducateurs de haut niveau dans le sport professionnel. « Tu as vu le dérapage de Serge Aurier sur Periscope?» s’est enthousiasmé le premier, plutôt sport d’hiver. « Un truc de fou, a répondu le second, plutôt sport d’été. Je suis définitivement convaincu que les footballeurs ont un Q.I. d’huître…» Aurier? Periscope? Footballeurs? Quotient Intellectuel? Reprenons les choses tranquillement et par le bon bout.

1. Serge Aurier est un international ivoirien de 23 ans qui occupe le poste d’arrière-droit au Paris Saint-Germain, entreprise gérée par des intérêts qataris et no4 au classement des clubs de football les plus riches du monde.

  1. Periscope est une application qui offre à tout un chacun la possibilité de se transformer en petit studio de retransmission vidéo en direct. Il suffit d’avoir un smartphone et une connexion Internet. De nombreuses personnalités l’utilisent pour communiquer avec leurs fans. Dont ce joueur parisien, très populaire (75’000 abonnés Twitter).

  2. Les footballeurs? De violence en chantage, en passant par la prostitution et les insultes, ils nous ont habitués depuis quelques années à quitter les pages sports pour squatter les colonnes people ou même les chroniques judiciaires.

  3. Le Q.I. dans ce contexte? Je laisse ici la parole au regretté Pierre Desproges, ça se passe de commentaire: «Voilà bien la différence entre le singe et le footballeur. Le premier a trop de mains ou pas assez de pieds pour s’abaisser à jouer au football…» (16 juin 1986, extrait des «Chroniques de la haine ordinaire»)

Maintenant, avec toutes les pièces du puzzle, on peut reconstituer cette affaire qui fait le buzz depuis une bonne semaine. Serge Aurier s’ennuyait ferme, et avec l’aide d’un ami, a donc débuté sur Periscope une session de questions-réponses avec certains de ses fans connectés. Il y a tenu des propos pour le moins dégradants à l’égard de ses coéquipiers (par exemple: moquerie sur le nez proéminent de Zlatan Ibrahimović), et, en jouant les gros durs vulgaires, a même adressé une injure homophobe – «c’est une fiotte!» – à son entraîneur Laurent Blanc, lequel fut pourtant à l’origine de son transfert chez le multiple champion de France.

A quelques jours d’un match de Ligue des Champions capital pour son club, il s’agit clairement là d’une grosse connerie (dixit Aurier), ou plutôt d’une bêtise abyssale qui n’est pas sans rappeler une autre vidéo du joueur, où il insultait copieusement l’arbitre d’un choc PSG-Chelsea: «Ici, c’est Paname, arbitre sale fils de pute!» Et dire que Serge Aurier affirmait la semaine dernière encore s’être excusé auprès des plus jeunes pour son mauvais exemple, et surtout, avoir retenu la leçon et ne plus se compromettre sur les réseaux sociaux!

Si vous êtes dans un jour de grande bonté, vous me direz sans doute: «Voilà le dérapage malheureux d’un athlète de 23 ans à peine, sportif d’élite soumis à d’énormes pressions et donc en partie au moins excusable…» Argument bon enfant que je balaierai aussi sec d’un inventaire ou d’un bestiaire à la Prévert: la sextape de Valbuena, l’affaire Zahia, l’agression de Motta par Brandao, les coups de pieds et de genoux de Joe Barton, la karaté made in Cantona, le coup de boule de Zizou, Suarez l’homme qui mord toujours trois fois, Pepe qui s’acharne sur Casquero à terre. Autant de moments – et la liste est non exhaustive – qui, lorsque je les ai évoqués, ont sidéré mes deux amis entraîneurs. «- Tu as hélas raison, dixit le premier. Ils ont un Q.I. d’huître ces gars-là!» «Généralise pas, tempère le deuxième. Dans un championnat lambda, y a au moins la moitié des joueurs qui sont des mecs clean et intelligents!»

Relisez le paragraphe précédent… Il n’y aurait donc aucun problème dans un sport où les sélectionnés d’une nation civilisée se partagent une prostituée mineure? Où Monsieur Benzema, l’avant-centre d’une grande équipe nationale participe à une tentative de chantage sexuel exercé à l’encontre de Monsieur Valbuena, l’ailier censé normalement l’alimenter en bons ballons, lequel a eu le tort de se filmer un jour avec sa copine? Aucun problème dans une discipline où l’on frappe un homme à terre, où l’on mord dans un adversaire comme dans un hot-dog de la cantine du stade? Aucun problème sur des terrains où l’insulte et l’intimidation sont reines?

Chacun se fera son idée de la question, mais une chose est sûre, comme le souligne un agent de joueurs français très connu, Christophe Mongaï, «aujourd’hui tout est visible, traçable.»

«Les clubs, les partenaires suivent tout ça de très, très près, ajoutait-il à nos confères de l’AFP. Il convient donc de ne jamais écrire des propos allant à l’encontre du club, de ses partenaires, de ses équipiers. Il ne faut jamais nuire à l’image du club.» Les footballeurs ont dès lors tout intérêt à grandir et vite, car au moment du recrutement, les organisations sportives qui les emploient font désormais des recherches complètes sur leurs cyber-performances. Quelques heures à peine après avoir signé un contrat avec la deuxième équipe du Barça, le dénommé Sergi Guardiola a été licencié pour avoir commis deux ans plus tôt des tweets pro-Real Madrid et clairement anticatalans.

«La culture foot n’est pas une vraie culture», m’a dit un jour Christian Constantin, président du FC Sion et souvent confronté à l’infantilisme chronique des joueurs. Une analyse que rejoignait ces derniers jours Daniel Riolo, journaliste spécialisé à RMC: «Serge Aurier a confié dans une interview que le «quartier» était plus important que tout dans sa vie… (Dans sa vidéo) il a montré ce qu’était sa culture…»

  • Article de Jean-François Fournier paru dans la rubrique «Presse-Citron» de l’Antipresse n° 12 du 21.2.2016.

On peut aussi lire…

This category can only be viewed by members. To view this category, sign up by purchasing Club-annuel, Nomade-annuel or Lecteur-annuel.

Denis Pouchiline: «Nos enfants n’ont pas connu d’autre monde que la guerre»

Comment vit-on dans l’Ukraine en guerre? Nos médias de grand chemin «couvrent» abondamment la zone pro-occidentale, mais ne s’aventurent guère dans l’autre camp: le Donbass. Ils censurent même les reporters comme Anne-Laure Bonnel, Alina Lipp ou Graham Phillips qui documentent la terrible réalité que vivent ces régions où, depuis dix ans, les civils sont directement ciblés par les forces de Kiev. Guy Mettan s’y est rendu et en a rapporté un entretien avec un responsable de premier plan.

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

La dénatalité et ses causes

C’est le paramètre fondamental de la vitalité — et du déclin — d’une société, et pourtant on ose à peine le mentionner, encore moins l’affronter dans sa dure réalité. L’effondrement démographique de l’Europe est patent, on lui affecte des causes imaginaires et des remèdes absurdes que la propagande entoure ensuite de tabous. Si l’on essayait de l’observer, l’espace d’un instant, en faisant fi de ces barrières? La baisse du taux de fécondité en Europe n’est pas en elle-même une nouveauté, elle remonte aux années soixante du siècle dernier, mais on a presque aujourd’hui atteint le plancher. En Suisse, par exemple, ce taux s’est établi en 2022 à 1,39. C’est un peu plus haut encore que dans des pays comme l’Italie et l’Espagne, où il est inférieur à 1, mais à peine. Rappelons que le seuil à atteindre pour le renouvellement des générations est de 2,1. Autrement dit, il faut un […]

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

Eleuthérophobie (Transversale de la terreur, 3)

Une conférence de notables et de ministres confondue avec une tentative de sédition. Des potentats locaux ivres de leur pouvoir de censure. Une conférence «islamophobe» hébergée par un musulman. Une alliance inespérée entre l’«extrême gauche» et l’«extrême droite» face à la dérive autoritaire des institutions… En cette mi-avril, nous aurons été témoins d’un moment de bascule dans l’histoire de la démocratie occidentale. Et aussi d’une pantalonnade surréaliste que seuls les Belges auraient su inventer. Récit d’une traque foutraque à la liberté d’expression…

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

Guerre en Ukraine, un guide indispensable

Il se publie beaucoup de choses au sujet de la guerre en Ukraine. En général, ces publications illustrent une vue assez superficielle et stéréotypée du conflit. L’ouvrage de Jacques Hogard, lui, les confronte radicalement, avec beaucoup de clarté et de profondeur historique — et des arguments difficiles à réfuter.

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

Éloge de l’apathie

Vous dites que vos droits individuels ont été violés? Vous n’avez aucun droit. Sauf, peut-être, celui d’accepter lucidement votre situation réelle face à l’État. Un éveil laborieux — et peu probable — dans un pays comme la Suisse où la confiance dans l’autorité vous a été inculquée depuis la nuit des temps.

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

La colonisation militaire de la Suède

Alors que le drapeau suédois flotte au quartier général de l’OTAN à Bruxelles et que nombre de média et d’autorités saluent cet événement, bien peu ont relevé un autre traité que la Suède a signé avec son ami américain, faisant d’elle un protectorat. Ce qu’Olof Palme eût à tout prix voulu éviter est — peut-être — en passe d’être mis en place.

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

In memoriam: neutralité suisse (1815-2022)

Merci, mais je préfère m’abstenir: telle fut, deux siècles durant, la devise de la Suisse dans l’arène internationale. Son statut de neutralité en faisait un havre de paix et une plateforme de dialogue au cœur de l’Europe, avec tous les avantages que cela suppose. Mais, soudain, voilà que la Confédération helvétique se débarrasse de ce qui constituait l’armure même de sa prospérité. Dans l’effervescence d’un monde en pleine réorganisation, estime Oskar Freysinger, la Suisse gâche une chance historique en s’alignant sur un camp devenu minoritaire.

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

Du totalitarisme en Suisse? Voyons…

Dans nos deux précédentes chroniques, nous avons parlé de la dictature sanitaire en France, au travers de *L’attestation*, le très beau livre de Théo Boulakia et de Nicolas Mariot. Intéressons-nous un peu maintenant à ce qui s’est passé en Suisse pendant cette période.

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

La dictature sanitaire revisitée (2)

Face à la dictature, il y a ceux qui protestent et ceux qui désobéissent. Il ne faut surtout pas les confondre: ce sont même deux mondes très différents. Et puis il y a la grande masse des dociles. Dont les motivations à obéir sont parfois complexes.

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

La dictature sanitaire revisitée

Chaque jour qui passe fait apparaître un nouveau durcissement du régime occidental, en sorte que le qualifier de régime policier devient de plus en plus conforme à la réalité. Le Covid-19 a servi à cet égard de révélateur. Mais pas seulement de révélateur. On a réellement franchi à ce moment-là un seuil. Ce fut notamment le cas en France, comme un récent ouvrage vient de le mettre en lumière. Même s’il se montre particulièrement (excessivement?) prudent dans ses formulations.

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

L’Antidote!

Chaque dimanche matin dans votre boîte mail, une dose d’air frais et de liberté d’esprit pour la semaine. Pourquoi ne pas vous abonner?

Nous soutenir