La contagion ne date pas d’hier

par | 29.03.2020 | En accès libre, Pain de méninges


Que ce virus ait été créé par l’homme, ou qu’il ait vraiment été avalé avec une chauve-souris, il montre les deux faces de notre perdition. Nous sommes contaminés depuis belle lurette. N’avons-nous pas grandi, nous, nos enfants et nos petits-enfants, en des temps où ce que dit un sportif ou un acteur à propos des choses importantes compte plus que ce que dit un docteur ès-sciences qui sait de quoi il s’agit, ou un virologue qui n’a pas pu élaborer un vaccin parce qu’il était payé comme un chauffeur de poids lourd? C’était une civilisation qui, croyait-on, pouvait tout faire, et maintenant nous sommes témoins de ce qu’elle ne peut rien. Le virus est arrivé en premier lieu comme un philosophe à œillères qui nous a longtemps embrouillé la vue: nous n’étions même pas conscients de notre effondrement à cause de ses mirages. N’importe quel sportif qui a fait une montagne de fric était plus important qu’un savant, un virologue, un oncologue. Tous ceux qui ont amassé des fortunes colossales sont devenus les meilleurs philosophes, les meilleurs économistes, ils connaissaient l’histoire mieux que les historiens, chaque putain sur les chaînes de grand public savait mieux comment organiser la vie familiale que les gens tranquilles et honnêtes.

Dans un monde où la réalité est une profanation et le spectacle sacré, où les savants n’ont plus leur place, nous serons punis de mort, car nous n’avons pas eu la force de comprendre assez tôt que la richesse ne peut pas tout procurer, alors que nous avons cru à ce mensonge. Au diable tout leur fric, ils n’ont même pas la réponse au tout petit COVID.

— Emir Kusturica

On peut aussi lire…

This category can only be viewed by members. To view this category, sign up by purchasing Club-annuel, Nomade-annuel, Nomade-mensuel, Lecteur-annuel ou Lecteur-mensuel.

Contre qui se battent les partisans? (2)

Déferlement, invasion, corruption, implosion… Les structures qui nous protégeaient s’effondrent. L’État défaillant nous menace dans nos libertés et nos vies. Quels choix nous restent-ils? Carl Schmitt et Ernst Jünger se le sont demandé sur les décombres du XXe siècle.

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

Occident, un pouvoir sans papiers

C’est arrivé près de chez vous! Dans le sud-est européen, on est en train de tester une diplomatie anonyme, non assumée, par missives non signées. Et si ces méthodes équivoques illustraient le nouveau style de gouvernement des ex-démocraties libérales? La lettre de cachet, cela vous dit quelque chose?

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

Amers

Rassurez-vous, je ne vous parlerai pas d’amertume. Je vous parlerai de ces repères fortuits d’une vie sans lesquels il n’y a pas de navigation avisée. Et de la propension du monde moderne à les éradiquer.

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

Contre qui se battent les partisans?

Eric Werner se référait la semaine dernière à l’un des tout derniers livres de Carl Schmitt, sa *Théorie du partisan*. Il revient aujourd’hui sur ce livre, pour tenter de dégager les enseignements qu’il peut nous apporter sur notre temps.

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

Radio-Londres: les éveillés parlent aux éveillés!

Qu’est-ce qui fait que du milieu de la masse docile et effrayée, une voix libre s’élève? Pourquoi des savants, des artistes, des musiciens, sortent-ils la tête de la tranchée au milieu d’un déluge de propagande alors que tous leurs collègues se taisent? Le témoignage du rappeur Zuby, en Grande-Bretagne, est exemplaire. Et il donne du courage!

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

L’Antidote!

Chaque dimanche matin dans votre boîte mail, une dose d’air frais et de liberté d’esprit pour la semaine. Pourquoi ne pas vous abonner?

Nous soutenir