La tradition nous protégeait. Et maintenant?

par | 13.01.2019 | En accès libre, Pain de méninges

L’État contre la Société, la Technique contre la Vie, c’est là, en effet, le drame universel, et il est absolument ridicule de prétendre l’ignorer. Imbéciles ! Vous avez voulu une Société sans hiérarchie ni privilèges, toute tradition n’étant à vos yeux qu’une contrainte absurde, un obstacle au Progrès, un préjugé. L’idée ne vous est pas venue que la Tradition était peut-être une défense contre les entreprises du Pouvoir. Sous prétexte de ne rien opposer au Progrès, vous avez rêvé de faire une société incroyablement instable, toujours disponible pour n’importe quelle expérience de justice sociale, une Société-girouette montée sur le roulement à billes du suffrage universel, et si sensible que le déplacement de quelques milliers de voix fût instantanément capable d’en changer l’orientation. Tout cela était bien joli sur le papier. Mais d’abstraction en abstraction, cette Société a perdu son volume et son poids. Elle sera même bientôt ingouvernable, pour la raison qu’elle ne présentera plus aucun point fixe où établir un gouvernail quelconque. Elle ne sera tout au plus qu’administrable, et encore la formule ne convient-elle qu’à moitié. L’administration se sera progressivement substituée à la Société, elle sera la Société toute entière. L’homme social aura disparu comme espèce organisée, la masse humaine, brassée depuis trop longtemps par la Machinerie égalitaire, présentera le degré d’homogénéité indispensable, la personne y fera place à la fonction.

— Georges Bernanos, 18 juin 1947.

On peut aussi lire…

Le Rebelle comme modèle de vie (2)

La technologie est profondément imbriquée dans nos vies. Cette symbiose rend-elle caduques les préceptes et les sagesses de vie du passé? Et y a-t-il moyen de préserver un sanctuaire de vie spirituelle au temps de la surveillance généralisée? Autant de questions auxquelles Marc-Aurèle et Epictète ne répondent pas.

CONFIDENTIEL
Les abonnés ont déjà reçu cet article dans leur lettre.
SE CONNECTER S’ABONNER

Amèle Debey: pourquoi j’ai décidé de créer mon propre média

À mesure que disparaissent les anciens journaux et que les survivants s’étatisent, des plateformes indépendantes apparaissent. Ainsi, entre autres, l’Impertinent d’Amèle Debey, lancé en avril 2020, en pleine pandémie. Nous avons posé quelques questions à cette jeune journaliste «affranchie».

Le Rebelle comme modèle de vie (1)

Que reste-t-des «citadelles intérieures» devant l’oeil omniscient de l’internet? Et que peuvent faire les rebelles modernes face à l’intrusion du pouvoir jusqu’au coeur de leurs vies? Autant de questions qui remettent en jeu le fond même de la tradition stoïcienne.

CONFIDENTIEL
Les abonnés ont déjà reçu cet article dans leur lettre.
SE CONNECTER S’ABONNER

Anatoly Karlin: le labyrinthe Navalny

Qui a empoisonné Alexeï Navalny? Anatoly Karlin dresse la liste des intéressés éventuels, mais surtout il livre un portrait sans fard de cet agitateur que les Occidentaux présentent abusivement comme «le principal opposant russe».

CONFIDENTIEL
Les abonnés ont déjà reçu cet article dans leur lettre.
SE CONNECTER S’ABONNER

Le jardinier de l’apocalypse

Inventeur du mot «robot», Karel Čapek fut un grand prophète de l’esclavage technologique. Il écrivit aussi un délicieux traité de jardinage. Il était trop fin pour devenir une icône à la manière des Orwell ou des Huxley, mais son témoignage est peut-être le plus pénétrant de tous.

CONFIDENTIEL
Les abonnés ont déjà reçu cet article dans leur lettre.
SE CONNECTER S’ABONNER

Jacques Baud: *Gouverner par les fake news*, ou l’empire du mensonge

Jacques Baud est un ex-officier du renseignement de l’armée suisse avec le grade de colonel. Il est expert en armes chimiques et nucléaires et a été très actif pour l’ONU dans les opérations de maintien de la paix et de déminage. Son dernier livre vient de paraître et il est explosif! Lecture par Richard Golay.

CONFIDENTIEL
Les abonnés ont déjà reçu cet article dans leur lettre.
SE CONNECTER S’ABONNER

L’Antidote!

Chaque dimanche matin dans votre boîte mail, une dose d’air frais et de liberté d’esprit pour la semaine. Pourquoi ne pas vous abonner?

Nous soutenir

suscipit dolor. dictum libero tristique consectetur non mattis dapibus Lorem