Le fantasme de la science et la taille de l’homme

par | 23.08.2020 | En accès libre, Pain de méninges, Slobodan Despot

Ce qui est accablant pour nous… c’est moins la science elle-même et l’idée qu’elle se fait d’elle-même, que l’idée que nous nous faisons de ses pouvoirs. Elle peut quelque chose, nous imaginons qu’elle peut tout. Et c’est pourquoi elle est partout… Son prestige est si grand qu’il pèse sur toutes nos disciplines, toutes nos méthodes, toutes nos façons de dire et d’agir. Tout doit devenir science, — ou ne sera plus. On dit d’un travail quel qu’il soit qu’il «n’est pas scientifique» et voilà son auteur jugé… Et il ne reste rien, à côté de la science ou de ce qu’on nomme de ce nom, de ses applications, de sa terminologie.

Si, il reste quelque chose (on s’en apercevra peut-être bientôt). Il reste tout quand même, parce que ce monde reste, qui n’est pas le monde «scientifique». Il faudra bien voir qu’il a ses lois, ses méthodes, ses moyens à lui. Et ses vérités à lui. Et sa vérité à lui. Ne conviendrait-il pas d’essayer une bonne fois de le rétablir dans sa dignité particulière, qui est très grande et au moins aussi grande que celle dont bénéficie la science — côte à côte avec elle et jouissant des mêmes droits? La science a sa vérité, mais l’art aussi a sa vérité… On veut dire que l’art n’apporte pas des vues ni moins claires, ni moins profondes sur son monde, — sur le monde. On veut dire qu’il n’est pas moins significatif. On veut dire, par exemple, que dans cet effroyable conflit de mesures et d’ordres de grandeur, dans l’immense tourbillon de mouvements où la science finit par se perdre, ne disposant pas d’un seul point fixe, l’art en a un du moins et qui peut lui servir d’étalon de mesure — subjectif, il est vrai (comme ils disent), mais constant (et puis est-il vraiment si subjectif que ça et si méprisable que ça?) — qui s’appelle: la taille de l’homme.

— Charles Ferdinand Ramuz.

On peut aussi lire…

Anatoly Karlin: le labyrinthe Navalny

Qui a empoisonné Alexeï Navalny? Anatoly Karlin dresse la liste des intéressés éventuels, mais surtout il livre un portrait sans fard de cet agitateur que les Occidentaux présentent abusivement comme «le principal opposant russe».

CONFIDENTIEL
Les abonnés ont déjà reçu cet article dans leur lettre.
SE CONNECTER S’ABONNER

Le jardinier de l’apocalypse

Inventeur du mot «robot», Karel Čapek fut un grand prophète de l’esclavage technologique. Il écrivit aussi un délicieux traité de jardinage. Il était trop fin pour devenir une icône à la manière des Orwell ou des Huxley, mais son témoignage est peut-être le plus pénétrant de tous.

CONFIDENTIEL
Les abonnés ont déjà reçu cet article dans leur lettre.
SE CONNECTER S’ABONNER

Jacques Baud: *Gouverner par les fake news*, ou l’empire du mensonge

Jacques Baud est un ex-officier du renseignement de l’armée suisse avec le grade de colonel. Il est expert en armes chimiques et nucléaires et a été très actif pour l’ONU dans les opérations de maintien de la paix et de déminage. Son dernier livre vient de paraître et il est explosif! Lecture par Richard Golay.

CONFIDENTIEL
Les abonnés ont déjà reçu cet article dans leur lettre.
SE CONNECTER S’ABONNER

Les yeux grands fermés

A quoi bon fouiller le dessous des cartes quand leur face visible vous dit déjà tout? Ou comment notre esprit se laisse séduire par des récits qui prétendent donner un sens au chaos ambiant. Et comment s’arracher à cette séduction…

CONFIDENTIEL
Les abonnés ont déjà reçu cet article dans leur lettre.
SE CONNECTER S’ABONNER

Le juste, le rebelle, le lanceur d’alerte

L’éducation est une question de modèles. Les exemples que nous nous choisissons contribuent à façonner notre destin. En un temps coupé la fois de son passé et de son avenir, peut-on encore cultiver de telles filiations?

CONFIDENTIEL
Les abonnés ont déjà reçu cet article dans leur lettre.
SE CONNECTER S’ABONNER

L’Antidote!

Chaque dimanche matin dans votre boîte mail, une dose d’air frais et de liberté d’esprit pour la semaine. Pourquoi ne pas vous abonner?

Nous soutenir

ultricies eget sed pulvinar sit Lorem commodo felis consectetur quis,