Le vœu satanique

par | 14.04.2019 | En accès libre, Pain de méninges, Slobodan Despot


Plus rien ne vaut au contraire, ou tout s’équivaut – et c’est le temps du vrai nihilisme – quand le devenir intérieur de la vie, et tous les savoirs qui lui étaient liés, toutes les formes de culture qui en étaient l’expression, cèdent la place à la connaissance anonyme de processus homogènes à ceux qu’étudie la physique. Le signe le plus brutal de cette substitution de la mort à la vie est l’émergence d’une technique jusqu’alors inconnue, qui ne s’enracine plus dans la subjectivité des corps vivants, dont les «instruments» n’étaient que le «prolongement», mais dans la connaissance impersonnelle de ces processus matériels, s’identifiant à eux, n’étant que leur mise en œuvre inconditionnelle selon une sorte de vœu satanique: tout ce qui peut être fait dans l’univers aveugle des choses doit l’être, sans autre considération – si ce n’est peut-être celle du profit. Comme si l’économique, qui a lui aussi, partout et déjà, substitué ses abstractions falsificatrices au travail réel des hommes, pouvait seul aujourd’hui nous sauver. Cette nouvelle technique d’essence purement matérielle, étrangère en elle-même à toute prescription éthique, c’est donc elle qui dirige notre monde devenu inhumain dans son principe même.

— Michel Henry, La barbarie (1987)

On peut aussi lire…

Patrick Gilliéron Lopreno: l’horreur de la mort (et de la naissance) administrée

Notre correspondant photographe nous propose cette semaine une chronique très personnelle, mais dont le thème est universel et central. Nous passons ce cri du cœur comme une incitation à réfléchir à la réalité des méthodes «progressistes» par lesquelles on nous propose de simplifier la mort et la vie. Il ne s’agit pas de la condamnation de l’acte d’un homme, mais plutôt d’un acte d’opposition radical à l’esprit du temps.

CONFIDENTIEL
Les abonnés ont déjà reçu cet article dans leur lettre.
SE CONNECTER S’ABONNER

Maurice Pergnier: un racisme peut en cacher un autre

L’Amérique est en proie aux émeutes raciales — et l’Europe lève son petit poing à son tour. Après la pandémie de la peur, nous voilà confinés dans notre culpabilité par la pandémie de l’autoflagellation. Maurice Pergnier, linguiste, écrivain, professeur émérite à l’Université de Paris-Est-Créteil nous propose cette mise au point historique sur la pérennité de l’esclavage que les médias de grand chemin n’ont pas été intéressés à publier.

CONFIDENTIEL
Les abonnés ont déjà reçu cet article dans leur lettre.
SE CONNECTER S’ABONNER

Kosovo, la chute du Serpent

Alors que l’administration américaine lance une nouvelle initiative sur le Kosovo, l’inculpation de Hashim Thaçi vient mettre en suspens tout le processus. Mais elle rappelle aussi le désastre absolu qu’a été la confiscation, par l’OTAN, de la province sud de la Serbie. Punition tardive d’un bourreau ou coup tactique?

Le vote, à quoi bon?

Oui, vous avez toujours la possibilité de refuser. De dire votre désaccord. De ruer dans les brancards. Mais cela servira-t-il à quelque chose? La question n’est pas nouvelle, les réponses pourraient l’être.

CONFIDENTIEL
Les abonnés ont déjà reçu cet article dans leur lettre.
SE CONNECTER S’ABONNER

Oui, cher Jean Raspail: quelqu’un se souviendra des hommes!

Jean Raspail m’a donné la confiance d’entrer en littérature et un titre dans le plus beau des royaumes — un royaume de rêve et de geste. Le 17 juin dernier, en l’église Saint-Roch, nous l’avons accompagné pour sa dernière traversée. Ce carnet de bord est mon hommage.

CONFIDENTIEL
Les abonnés ont déjà reçu cet article dans leur lettre.
SE CONNECTER S’ABONNER

Conso-soumission

Pour cette chronique de la censure ordinaire, je cède la plume à notre correspondant régulier Michel de Rougemont, qui met le doigt sur une conséquence cocasse, et néanmoins «lourde», de l’idéologie dominante. Les entreprises pourront-elles encore vendre leur marchandise sans faire la preuve de leur «conformité» à la bien-pensance climato-racialo-diversitaire? (Slobodan Despot)

CONFIDENTIEL
Les abonnés ont déjà reçu cet article dans leur lettre.
SE CONNECTER S’ABONNER

L’Antidote!

Chaque dimanche matin dans votre boîte mail, une dose d’air frais et de liberté d’esprit pour la semaine. Pourquoi ne pas vous abonner?

Nous soutenir