Michel de Rougemont: Entre épidémiologie et climatologie, il n’y a pas photo

par | 29.03.2020 | En accès libre, Passager clandestin, Slobodan Despot

Notre «désinvité» scientifique, aux positions argumentées et nettes quant aux prophètes climatiques, s’est retrouvé aux prises avec la prolifération des virologues et autres spécialistes de l’épidémie. Dans cette tribune très libre, il explique pourquoi, à ses yeux, ils valent tout de même mieux que les précédents.

Épidémiologues: 1 – Climatologues: 0

Disons-le tout de go : je préfère les épidémiologues aux climatologues. N’ayant pas d’autre match à regarder à la télé je me joue celui-ci en toute partialité et mauvaise foi, c’est mon bon droit.

Cette préférence est paradoxale car les premiers nous obligent vraiment à des précautions et à des sacrifices que je n’aurais jamais pu imaginer ; il y a de quoi les haïr. Le tabac fait certainement bien plus de victimes chaque année que cette épidémie qui se dénouera bientôt et s’il fallait obéir à des ordres similairement liberticides, les fumeurs constituant 25% de la population se révolteraient violemment. Les deuxièmes sont restés bien inoffensifs et ont seulement tenté, à l’aide de volumineux rapports indigestes et de grand-messes annuelles, de faire croire à des consensus bidons et autres blablas de convenance moralisatrice, sans trop de succès si l’on mesure les réticences des gouvernements à s’engager dans des mesures vraiment contraignantes malgré des discours empreints de solennité.

Les premiers parlent sans cesse d’incertitudes et se gardent bien de faire des pronostics, même à court terme; les seconds n’ont plus aucun doute, pour le reste du siècle. Eh bien oui, j’accorde ma confiance à l’expert qui est conscient de ce qu’il ne sait pas et qui n’a aucune honte à l’expliquer alors que la prétentieuse arrogance du sachant climatique me rebute.

On parle aux uns de modèles épidémiologiques, tout de suite ils les relativisent et expriment même une critique acerbe à l’endroit d’un groupe de l’Imperial College de Londres présentant de manière tonitruante des projections issues de modèles et de scénarios complexes et assurément faux ; voilà ce qui se passe lorsque la comm prime sur la réserve prudente du vrai scientifique. Les autres se sont tellement amourachés de leurs modèles pourtant incomplets, simplificateurs et invalides qu’ils les utilisent pour simuler des scénarios les plus improbables et pour vendre leurs salades en rédigeant des résumés pour décideurs dénués de vraie expertise.

Malgré toutes les incertitudes, les premiers osent discuter des alternatives, même très impopulaires, et sont prêts à changer de stratégie au fur et à mesure de l’évolution de l’épidémie. C’est en connaissance de cause que mentent les Diafoirus climatiques lorsqu’ils taisent l’inconnu et préfèrent asséner des jugements péremptoires sur la likeliness d’une catastrophe à venir dans une centaine d’années ; on les préférerait idiots, ils sont malfaisants.

Il est vrai que des épidémies, l’histoire en compte beaucoup, ce qui permet aux experts d’aiguiser leur jugement en opérant d’honnêtes critiques de manœuvre une fois le calme revenu. Alors même que la prochaine fois sera encore différente, il sera possible de faire mieux, ou en tous cas moins mal qu’auparavant. Pour le climat, une seule expérience est en route dans notre système solaire, ce qui rend l’expertise très ténue mais ce qui ne semble pas déranger le climatologue pour lequel le coté scientifique de la question serait clos — et donc toute critique non avenue. Pourquoi alors continuer de financer la climatologie puisque tout est si bien sous contrôle ? Et puis, pour opérer une critique de la manœuvre, il faudra attendre si longtemps que nous aurons tous le nez sec, et nos descendants pourront se moquer de nos erreurs avant de commettre les leurs à leur tour.

Gérer des crises face à d’immenses incertitudes demande humilité et courage à la fois, c’est compris, respectable et respecté, même empreint de grosses erreurs qui, toujours, ne seront constatées qu’après coup. Créer une crise climatique à partir d’éléments plus qu’incertains et construits à cet effet, c’est faire de la fumée pour faire croire au feu, c’est irresponsable et ça mérite le mépris.

Le 26 mars 2020.

À propos de l’auteur:

Michel de Rougemont (michel.de.rougemont@mr-int.ch,www.mr-int.ch), Ingénieur chimiste, Dr sc tech, est consultant indépendant. Par ses activités dans la chimie fine et l’agriculture, il est confronté, sans les craindre, à maints défis liés à la sûreté des gens et l’environnement.

Son essai intitulé Réarmer la raison. De l’écologie raisonnée à la politique raisonnable est en vente en ligne sur Amazon.Il a aussi publié un essai critique, Entre hystérie et négligence climatique. Il anime un blog, un site sur le climat (<climate.mr.int.ch>) et un autre site sur le contrôle biologique en agriculture.

Il n’a aucun conflit d’intérêts en rapport avec le sujet de cet article.

Ses autres contributions:

On peut aussi lire…

Chloroquine, le pharmageddon

Nous vivons un cataclysme nucléaire de l’information médicale. Comme à Tchernobyl en 1986, l’explosion a fait beaucoup de bruit et de fumée, mais les répercussions silencieuses seront bien plus graves.

CONFIDENTIEL
Les abonnés ont déjà reçu cet article dans leur lettre.
SE CONNECTER S’ABONNER

La tentation chinoise

Sur chaque aspect de la crise Covid-19 plane l’ombre de la Chine. Parce qu’elle est la «patrie» du virus, bien sûr. Mais aussi parce qu’elle représente, peut-être, l’idéal vers lequel tend notre propre société. Jetons un regard dans ce miroir du futur.

CONFIDENTIEL
Les abonnés ont déjà reçu cet article dans leur lettre.
SE CONNECTER S’ABONNER

SwissCovid: un curieux manque… d’application

La mise en place de SwissCovid, l’application de traçage en Suisse, révèle des lacunes surprenantes à tous les étages. Hormis les motifs liés à la sécurité des données, une série d’objections touchant à plusieurs domaines renforce le sentiment d’une gabegie en chorus. Le citoyen ne l’utilisera qu’à ses risques et périls.

Subir, ne pas subir: l’éventail des possibles

À force d’avoir trop subi, il arrive que les gueux se révoltent. Ces soulèvements sont généralement écrasés sans cérémonie. Mais il existe d’autres formes d’insurrection. L’art de traîner les pieds pourrait redevenir d’actualité, par les temps qui courent…

CONFIDENTIEL
Les abonnés ont déjà reçu cet article dans leur lettre.
SE CONNECTER S’ABONNER

Pandémie: pourquoi ces choix?

Le Covid-19 a, certes, une composante biologique, mais une autre, au moins aussi importante, sociale et politique. Qui plus est, ces deux composantes sont indémêlables l’une de l’autre.

CONFIDENTIEL
Les abonnés ont déjà reçu cet article dans leur lettre.
SE CONNECTER S’ABONNER

L’Antidote!

Chaque dimanche matin dans votre boîte mail, une dose d’air frais et de liberté d’esprit pour la semaine. Pourquoi ne pas vous abonner?

Nous soutenir