Misère du rationalisme

par | 29.05.2022 | En accès libre, Pain de méninges, Slobodan Despot


Pourtant, s’il doit y avoir une autre solution que la technocratie, il faut que soit mis en question ce rationalisme amoindrissant que dicte la conscience objective. Tel est, je l’ai dit, le projet essentiel de notre contre-culture: proclamer un nouveau ciel et une nouvelle terre, si vastes, si merveilleux que les prétentions démesurées de la technique soient réduites à n’occuper dans la vie humaine qu’une place inférieure et marginale.Créer et répandre une telle conception de la vie n’implique rien de moins que l’acceptation de nous ouvrir à l’imagination visionnaire. Nous devons être prêts à soutenir ce qu’affirment des hommes tels que Blake, à savoir que certains yeux ne voient pas le monde comme le voient le regard banal ou l’œil scientifique, mais le voient transformé, dans une lumière éclatante et, ce faisant, le voient tel qu’il est vraiment.Au lieu de nous empresser de minimiser le témoignage de nos voyants enchantés et de l’interpréter au niveau le plus bas et le plus conventionnel, nous devons être prêts à admettre la scandaleuse possibilité que, partout où se manifestent l’imagination visionnaire, la magie — cette vieille ennemie de la science — renaît pour transmuer notre réalité quotidienne en quelque chose de plus grand, de plus effrayant peut-être, mais sûrement de plus aventureux que le pauvre rationalisme de la conscience objective ne pourra jamais le concevoir.

— Theodore Roszak.

On peut aussi lire…

This category can only be viewed by members. To view this category, sign up by purchasing Club-annuel, Nomade-annuel, Nomade-mensuel, Lecteur-annuel or Lecteur-mensuel.

«Souvenirs de la maison des morts» de Dostoïevski

Echappant de justesse au peloton d’exécution, Fédor Dostoïevski a passé quatre dures années dans un bagne de la Russie tsariste. Il en a tiré l’un des témoignages humains et littéraires les plus poignants de tous les temps… mais aussi une prophétie pour le siècle suivant.

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

La stupidité pire que la malice

Dietrich Bonhoeffer était pasteur, théologien et résistant. Il fut pendu à Flossenbürg en avril 1945, à quelques jours de la libération du camp, pour son implication présumée dans le complot visant à assassiner Hitler. Dans l’une des lettres de prison, il livre cette profonde analyse psychologique de la stupidité, où l’incitation sociale joue un rôle prépondérant.

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

Où est passée l’armée ukrainienne?

L’Ukraine revendique des victoires militaires peu documentées et souvent démenties et s’attribue le «mérite» du désencerclement de Kiev, qui est sans doute une manœuvre de l’état-major russe. En même temps, elle a totalement perdu la maîtrise du ciel et n’a pas mené une seule contre-attaque coordonnée depuis le début. Pour l’observateur froid, la question s’impose: où est-elle?*

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

L’Antidote!

Chaque dimanche matin dans votre boîte mail, une dose d’air frais et de liberté d’esprit pour la semaine. Pourquoi ne pas vous abonner?

Nous soutenir

Ne lisez pas ce message!

Les sites internet sont compliqués, lents, pleins d’obstacles.
Les lettres sont personnelles et sûres.
Les choses essentielles ne sont pas placardées sur les murs: elles sont dites dans des lettres.
C’est pourquoi l’Antipresse est une lettre-magazine adressée à ses abonnés.
Vous vous abonnez une fois et vous n’aurez plus jamais besoin de voir cette fenêtre, ni même ce site.

Pour cela, il vous suffit de vous abonner ici (ou de vous connecter si vous êtes déjà dans le cercle).

Merci ! Un message de confirmation va vous parvenir.