Qu’est-ce que la France ? (1) : Régis de Castelnau

par | 13.01.2019 | En accès libre, Passager clandestin, Slobodan Despot

La France est-elle entrée en révolution ? De quoi l’insurrection des gilets jaunes est-elle le symptôme ? Le moment est propice aux grandes remises en question. Nous avons donc demandé à des personnalités très diverses de nous dire ce qu’est la France aujourd’hui, ce qu’elle peut être demain et quelle est leur propre place au sein de cette destinée.

«La France aime les réajustements brutaux»

Avocat, communiste notoire et descendant d’une grande famille militaire, Régis de Castelnau n’a pas sa langue dans sa poche. Avec son blog Vu du droit et ses tribunes sur Causeur, il assure l’une des critiques les plus féroces — et sans doute la mieux écrite — des dérives du pouvoir français. Nous l’avons rencontré en décembre pour lui poser quelques questions fondamentales. Il nous a raconté son amour inconditionnel de son peuple, qui « fait encore des siennes ». Mais il a également replacé les phénomènes actuels dans le cadre historique, tant du côté de la rue que du côté du pouvoir. Face à la morgue « orléaniste » du système incarné par M. Macron, « le peuple français est sorti de son lit », nous dit-il : comme un dormeur ou comme un fleuve ? Un entretien franc, abrupt, intelligent comme nous les aimons.

(A suivre : Eric Zemmour.)

  • Article de Régis de Castelnau paru dans la rubrique «Désinvité» de l’Antipresse n° 163 du 13/01/2019.

On peut aussi lire…

Kosovo, la chute du Serpent

Alors que l’administration américaine lance une nouvelle initiative sur le Kosovo, l’inculpation de Hashim Thaçi vient mettre en suspens tout le processus. Mais elle rappelle aussi le désastre absolu qu’a été la confiscation, par l’OTAN, de la province sud de la Serbie. Punition tardive d’un bourreau ou coup tactique?

Le vote, à quoi bon?

Oui, vous avez toujours la possibilité de refuser. De dire votre désaccord. De ruer dans les brancards. Mais cela servira-t-il à quelque chose? La question n’est pas nouvelle, les réponses pourraient l’être.

CONFIDENTIEL
Les abonnés ont déjà reçu cet article dans leur lettre.
SE CONNECTER S’ABONNER

Oui, cher Jean Raspail: quelqu’un se souviendra des hommes!

Jean Raspail m’a donné la confiance d’entrer en littérature et un titre dans le plus beau des royaumes — un royaume de rêve et de geste. Le 17 juin dernier, en l’église Saint-Roch, nous l’avons accompagné pour sa dernière traversée. Ce carnet de bord est mon hommage.

CONFIDENTIEL
Les abonnés ont déjà reçu cet article dans leur lettre.
SE CONNECTER S’ABONNER

Conso-soumission

Pour cette chronique de la censure ordinaire, je cède la plume à notre correspondant régulier Michel de Rougemont, qui met le doigt sur une conséquence cocasse, et néanmoins «lourde», de l’idéologie dominante. Les entreprises pourront-elles encore vendre leur marchandise sans faire la preuve de leur «conformité» à la bien-pensance climato-racialo-diversitaire? (Slobodan Despot)

CONFIDENTIEL
Les abonnés ont déjà reçu cet article dans leur lettre.
SE CONNECTER S’ABONNER

Exil, mode d’emploi

L’expérience de l’effondrement nous confronte à une possibilité qui n’est que très rarement pensée par l’être humain: celle d’avoir un jour à tout quitter, à tout abandonner. Possibilité magnifiquement explorée par Ernst Jünger

CONFIDENTIEL
Les abonnés ont déjà reçu cet article dans leur lettre.
SE CONNECTER S’ABONNER

Un monde en peau de léopard

À la première occasion venue, j’ai sauté dans une voiture et j’ai roulé à travers l’Europe. Pour reconquérir l’espace. Pour décaler mon point de vue, aussi, sur ce qui nous arrive. Voici ce que j’ai vu d’un balcon juché tout au bord du monde occidental…

CONFIDENTIEL
Les abonnés ont déjà reçu cet article dans leur lettre.
SE CONNECTER S’ABONNER

L’Antidote!

Chaque dimanche matin dans votre boîte mail, une dose d’air frais et de liberté d’esprit pour la semaine. Pourquoi ne pas vous abonner?

Nous soutenir