De la difficulté d’admettre le mal au présent

par | 25.04.2021 | En accès libre, Pain de méninges

Accepter [notre] histoire comme radicalement mauvaise dans son intention et pas uniquement dans ses conséquences sont deux choses différentes. Je crois que si tant de gens ont du mal à admettre que leurs dirigeants ont intentionnellement fait et font des choses démoniaques, c’est pour deux raisons.

Premièrement, l’aveu de cette réalité met en cause ceux qui ont soutenu ces gens ou ne se sont pas opposés à eux. Cela signifie qu’ils ont accepté ce mal radical et en portent la responsabilité. Cela suscite des sentiments de culpabilité.

Deuxièmement, croire que ses propres dirigeants sont mauvais est presqu’impossible à accepter pour beaucoup, car cela suggère que la façade rationnelle de la société est une couverture pour des forces sinistres et qu’ils vivent dans un monde de mensonges si vastes que la meilleure option est de faire croire que ce n’est pas le cas. Même lorsqu’on peut accepter que des actes vils ont été commis dans le passé, à la rigueur intentionnellement, la tendance est de dire «c’était avant, mais aujourd’hui les choses sont différentes.» Comprendre le présent où l’on vit n’est pas seulement difficile mais souvent inquiétant, car cela nous met en cause.

— Edward Curtin, «Le déni du démoniaque», 18.4.2021.

On peut aussi lire…

This category can only be viewed by members. To view this category, sign up by purchasing Club-annuel, Nomade-annuel, Nomade-mensuel, Lecteur-annuel ou Lecteur-mensuel.

Contre qui se battent les partisans? (2)

Déferlement, invasion, corruption, implosion… Les structures qui nous protégeaient s’effondrent. L’État défaillant nous menace dans nos libertés et nos vies. Quels choix nous restent-ils? Carl Schmitt et Ernst Jünger se le sont demandé sur les décombres du XXe siècle.

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

Occident, un pouvoir sans papiers

C’est arrivé près de chez vous! Dans le sud-est européen, on est en train de tester une diplomatie anonyme, non assumée, par missives non signées. Et si ces méthodes équivoques illustraient le nouveau style de gouvernement des ex-démocraties libérales? La lettre de cachet, cela vous dit quelque chose?

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

Amers

Rassurez-vous, je ne vous parlerai pas d’amertume. Je vous parlerai de ces repères fortuits d’une vie sans lesquels il n’y a pas de navigation avisée. Et de la propension du monde moderne à les éradiquer.

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

Contre qui se battent les partisans?

Eric Werner se référait la semaine dernière à l’un des tout derniers livres de Carl Schmitt, sa *Théorie du partisan*. Il revient aujourd’hui sur ce livre, pour tenter de dégager les enseignements qu’il peut nous apporter sur notre temps.

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

Radio-Londres: les éveillés parlent aux éveillés!

Qu’est-ce qui fait que du milieu de la masse docile et effrayée, une voix libre s’élève? Pourquoi des savants, des artistes, des musiciens, sortent-ils la tête de la tranchée au milieu d’un déluge de propagande alors que tous leurs collègues se taisent? Le témoignage du rappeur Zuby, en Grande-Bretagne, est exemplaire. Et il donne du courage!

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

L’Antidote!

Chaque dimanche matin dans votre boîte mail, une dose d’air frais et de liberté d’esprit pour la semaine. Pourquoi ne pas vous abonner?

Nous soutenir