«Je ne suis plus médecin»

par | 23.10.2016 | En accès libre, Enfumages, Eric Werner

Le robot ressemble à l’être humain, il a toutes les apparences d’un être humain, mais ce n’est pas un être humain, car il lui manque ce qui fait qu’un être humain, un vrai, en est un, à savoir la volonté, la libre disposition de soi. On pourrait aussi dire que c’est un corps privé de volonté. La plupart des gens, aujourd’hui, sont des corps privés de volonté.
L’autre jour, j’étais chez mon médecin. Non pas mon médecin traitant, comme on le dit en jargon (robotisé), mais son remplaçant occasionnel. La salle d’attente était vide, ce qui fait que la consultation s’est prolongée un peu plus que de coutume. Et à un moment donné, c’est le médecin qui est devenu mon patient. Il me parle de ses conditions de travail, conditions qui n’ont cessé de se dégrader depuis une quinzaine d’années. Je ne suis plus médecin, dit-il, mon métier s’est robotisé. En vrac: dictature des caisses maladies, inflation des tâches administratives, stress, etc. Tout est aujourd’hui minuté, tarifé. L’échange verbal lui-même n’échappe pas à la tarification. C’est le système Tarmed, en vigueur en Suisse depuis, simple coïncidence, une quinzaine d’années: système s’inscrivant dans une logique de quantification poussée jusqu’à la caricature, en lien avec la planification fonctionnelle, fleuron du new public management.

Mon interlocuteur ne dit pas que le système Tarmed a été approuvé en son temps par les représentants des médecins, mais je le laisse parler. A quoi, aujourd’hui, servent les syndicats ou les associations professionnelles, ce serait un sujet en soi.

Je regrette d’avoir fait des études médicales, poursuit mon interlocuteur. 15-20 ans de formation pour en arriver là, ce n’était pas la peine. En plus il s’estime sous-payé. Lui touche le salaire moyen en Suisse, 5-6’000 francs, alors qu’il est sur la brèche du matin au soir, parfois même la nuit et le week-end. Il compare avec ce que touche le ministre en charge de la santé publique, un non-médecin, lui: 250’000 francs par an. Là il se trompe, il est en dessous de la réalité. Mais je ne le lui dirai pas. Le pauvre, il est déjà assez démoralisé comme ça. Il enchaîne ensuite avec ses patients. Eux aussi, tels qu’il les décrit, sont victimes de la robotisation. Mais en règle générale ils ne le savent pas. C’est le corps qui parle pour eux: le corps qui craque, dysfonctionne, en fait se révolte. Les gens dépriment, dorment mal, certains, on le sait, font même des cancers. Stress, harcèlement, souffrance au travail, je ne comprends pas, Docteur. Le médecin pourrait le leur expliquer, remonter aux causes. Mais les caisses maladie risqueraient alors d’intervenir: Docteur, nous défendons la loi et l’ordre. Arrêtez tout de suite.

Le médecin écoute quand il le peut, mais justement il n’a pas toujours le temps d’écouter. Le chronomètre fait tic-tac. On est là au cœur du problème. Beaucoup de maladies actuelles sont liées à la robotisation. On demande aux médecins de les soigner, mais comment pourraient-ils le faire, puisqu’eux-mêmes, qu’ils en soient ou non conscients (en règle générale, ils ne le sont pas), se robotisent ou sont déjà robotisés? Docteur, guéris-toi toi-même. Comment un corps privé de volonté pourrait-il en aider un autre à récupérer ce dont lui-même est privé? A quoi s’ajoute le tout-numérique. Car si tout est minuté, chronométré, tarifé, tout aussi bien est numérisé. Le corps n’est plus ici seulement privé de volonté, mais de réalité. Il n’est plus qu’une simple copie-fac-similé de lui-même: ce qui reste de quelqu’un après sa mort. En ce sens, les médecins se sont pour la plupart aujourd’hui transformés en médecins légistes. Pourquoi non.

Le médecin me parle aussi des rapports de force au centre hospitalier, centre auquel il a parfois affaire. Aucune critique n’est tolérée. Ou alors c’est la porte. Il cite un exemple, un professeur renommé. C’est le stade ultime de la robotisation: quand tous se taisent.

Comment échapper à la robotisation (se dérobotiser, si l’on ose dire)? C’est un problème général, il ne concerne pas seulement la santé (même si la santé, se situant en aval de tout le reste, est particulièrement concernée), mais aussi l’économie, l’école, l’ensemble des activités humaines, en fait. Comment se dérobotiser? En s’entraînant, bien sûr, à l’autonomie. S’entraîner à l’autonomie, cela signifie d’abord prendre soin de soi, être respectueux de soi. Adopter, quand on le peut, un autre rythme de vie que le rythme aujourd’hui imposé. «Réduire le rythme»(*). Ce n’est, il est vrai, pas toujours possible. Mais on peut au moins essayer. Faire un bout de chemin au moins dans cette direction.

Et surtout, prendre conscience de l’importance du problème. Être conscient du risque de robotisation est en soi déjà un début de dérobotisation. La conversation qui précède est bien sûr complètement inventée. Mais le personnage qui parle peut ici servir d’exemple. Il témoigne d’un début au moins d’affranchissement.

(*) François de Bernard, _L’Homme post-numérique_, Yves Michel, 2016, p. 69.

  • Article de Eric Werner paru dans la rubrique «Enfumages» de l’Antipresse n° 47 du 23.10.2016.

On peut aussi lire…

This category can only be viewed by members. To view this category, sign up by purchasing Club-annuel, Nomade-annuel or Lecteur-annuel.

La Serbie au point de bascule?

Une révolution colorée en bonne et due forme secoue ces derniers jours la ville de Belgrade. C’est en quelque sorte un retour aux sources, puisque nous devons au mouvement serbe «Otpor» le premier grand renversement «pacifique» réussi: celui de Milošević en l’an 2000. Les mêmes vont-ils réitérer le coup?

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

Le roman, dernier refuge des espions?

A notre époque, écrire des livres sur l’espionnage est la seule manière d’être espion: il n’y en a pas d’autre. Car s’il est quelque chose qui ressort du roman posthume de John le Carré, c’est bien que l’espionnage aujourd’hui est mort.

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

A comme absurde, ou la Poste suisse optimisée

On m’avait pourtant averti de ne pas le faire. Le mois dernier, j’ai voulu envoyer une douzaine de petits colis à divers amis hors de Suisse. Et j’ai pu me rendre compte qu’il est au moins aussi difficile, depuis la Suisse, d’envoyer une casquette en Allemagne que d’exporter des armes vers un pays en guerre.

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

Équilibrer ses comptes

Si ce qu’on appelait jadis le «service public» devient de plus en plus une «gagneuse» de l’État au détriment des prestations dues aux citoyens, et qu’en même temps les impôts desdits citoyens ne font qu’augmenter, une question évidente s’impose…

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

Hal 9000 et le Grand Reset: retour sur les projections de Stranley Kubrick

Les grands génies de la littérature et du cinéma, estime Nicolas Bonnal, sont des prophètes plus sûrs que les autres. Il nous ordonne donc de voir ou revoir «L’Odyssée de l’espace» en prêtant attention aux mises en garde qui y sont disséminées contre la «remise à zéro» et la robotisation de la civilisation technologique.

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

Pour en finir avec le terrorisme

On dit souvent qu’il y a manière et manière de faire la guerre. Il y a la bonne, celle, par exemple, respectant le droit de la guerre, et l’autre, celle ne le respectant pas. Le terrorisme se rattacherait à cette manière illicite de faire la guerre. Mais cela suffit-il à le définir?

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

Le délire climatique des eurocrates et le fusil de Tchékhov

Il n’est pas avéré que l’UE veuille masquer le museau des vaches. Il est certain en revanche que des «études» sont en cours. Les vapeurs hallucinées émanant des cervelles de technocrates paraissent beaucoup plus toxiques que le méthane des pauvres bovins.

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

Liliane Lurçat

Elle fut une lanceuse d’alerte précoce sur un crime capital: la destruction méthodique de l’enseignement par des méthodes pédagogiques farfelues, la propagande et les écrans.

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

Sur le monopole de la violence physique légitime

Il y a violence et violence. Usuellement, les États s’octroient un sauf-conduit pour user impunément de la violence légitime — mais ce privilège leur est de plus en plus contesté. La philosophie politique classique permet peut-être d’échapper à l’impasse en abordant la question sous un autre angle…

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

Ciné-autopsie

Combien de fois me suis-je dit, en contemplant ces derniers temps l’agonie française: n’est-ce pas Que la fête commence à la mode Pétain? Et ces «élites» robotisées, ne semblent-elles pas sorties d’une pantalonnade posthume de Jacques Tati? Avec son livre sur la disparition de la France au cinéma, Nicolas Bonnal met des images sur nos plus obscures intuitions. Le paradoxe: en illustrant la mort de la France, il la rend plus vivante que jamais, une dernière fois…

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

Fragilité du lien

Ne concédons pas à l’ennemi une trop facile victoire. Ne négligeons pas ces liens sociaux, de connivence, d’amour ou d’amitié, qui sont notre rempart face à l’atomisation et à la déshumanité.

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

L’Antidote!

Chaque dimanche matin dans votre boîte mail, une dose d’air frais et de liberté d’esprit pour la semaine. Pourquoi ne pas vous abonner?

Nous soutenir