Pour un prix Darwin du journalisme

par | 30.12.2018 | En accès libre, La poire d’angoisse, Slobodan Despot

L’histoire qui suit n’a, à première vue, qu’une portée locale. Il s’agit d’une péripétie parmi d’autres liées à l’affaire Dominique Giroud qui passionne les médias de Suisse romande. Elle illustre toutefois par un exemple concret la manière dont la presse professionnelle s’est elle-même discréditée jusqu’à tomber au ras du caniveau pour ensuite implorer son sauvetage par les subsides d’Etat.

Prix Darwin du journalisme

Le 24 décembre, veille de Noël, M. Eric Felley publiait dans Le Matin un article venimeux au sujet de l’épouse de l’entrepreneur Dominique Giroud, subitement décédée d’un arrêt cardiaque et enterrée deux jours plus tôt. Un lecteur inattentif en conclurait presque que cette « affaire » cache encore une entourloupe de Giroud.

Dominique Giroud, on le sait, est une des bêtes noires de M. Felley. L’encaveur connu pour ses convictions ultraconservatrices et ses démêlés avec le fisc ne bénéficie d’aucune relâche, qu’il s’agisse de la paix des morts, de la trêve de Noël ou de l’élémentaire respect de la vie privée d’une famille. Même lorsque celle-ci traverse la pire épreuve concevable : la mort soudaine d’une mère encore jeune de cinq enfants.

Les enfants Giroud sont petits, mais tous assez grands pour savoir lire. Ils grandiront avec le souvenir du Noël le plus triste de leur vie. Ce Noël où un journaliste n’a rien trouvé de mieux à faire que de danser sur la tombe de leur mère, nommée « simple “femme de paille” ».

Le Matin, 24.12.2018.

Y avait-il eu décision de justice dans l’affaire Giroud ? Nouvelles révélations ? Non. Quand on veut à tout prix brûler quelqu’un, même la mort d’une épouse peut servir de mèche. Elle n’était pas toute blanche, certes : elle avait laissé son mari mettre à son nom des biens considérables. Les épouses d’hommes d’affaires et d’entrepreneurs valaisans et suisses, c’est bien connu, ne permettent jamais de telles choses !

En exploitant ainsi les moments les plus douloureux de la vie des gens, M. Felley n’a pas seulement attiré sur le controversé Dominique Giroud un mouvement de sympathie. Il a arraché les derniers freins que la décence imposait aux règlements de comptes médiatiques. Il n’a pas réfléchi un instant que cette décence ne protégeait pas seulement les cibles des journalistes, mais aussi les chasseurs.

La chasse sans règles n’est plus du sport, mais un massacre. Celui qui s’y lance ne devrait pas s’étonner de prendre quelques plombs.

C’est ainsi que par le plus grand des hasards, j’ai croisé ce personnage fuyant sur le quai de la gare de Lausanne. Eric Felley n’a pas eu le courage d’assumer sa muflerie. Il m’a avancé un alibi sidérant :

« Dans la mesure où ils ont mis un faire-part déjà dans le Nouvelliste, j’ai pas dit beaucoup d’autres choses que ce qu’il y avait dans le faire part qu’il y avait dans le Nouvelliste. »

J’ai vu des journalistes cacher leurs lâchetés derrière toutes sortes de prétextes, mais se planquer derrière un faire-part de deuil, c’est le pompon !

La « femme de paille » figurait-elle aussi dans le faire-part ?

« C’était entre guillemets… et “femme de paille”, je vois pas en quoi c’est spécialement diffamant… c’est pas un crime. »

Bien sûr que ce n’est pas un crime. C’est pire : une faute. La reconnaître… pas question ! Si « les réactions étaient fortes » (lisez : dégoût massif !) c’est que le journaliste a bien fait son boulot. Et puis, bien entendu, j’ai eu droit au « tout le monde en cause », au « faut pas non plus être hypocrite », au « se contenter des faits »… Sur quoi, l’invertébré s’est hissé dans son train.

En bref : s’ils ne voulaient pas être vilipendés dans les médias, les proches n’avaient qu’à ne pas publier d’annonce dans le journal et enterrer leur défunte en secret ! Et, du moment que « tout le monde en parle », il n’y a pas plus de règles éthiques à respecter dans le journalisme professionnel que dans le buzz anonyme des réseaux sociaux. Philosophie de harceleur-délateur confessée en direct.

Y aura-t-il quelqu’un dans les médias suisses pour appeler ces choses par leur nom ? Jusqu’ici, la mission des journalistes les protégeait comme un sacerdoce. Mais comme plus rien n’est sacré, peut-être se trouvera-t-il quelqu’un pour enquêter sur les enquêteurs ?

Pourrait-on imaginer qu’on dénote chez M. Felley un problème d’addiction qui l’empêcherait d’exercer tout autre métier que celui de journaliste de caniveau ? Ou qu’on dise que M. Felley utilise sa couverture de journaliste dans le cadre d’une lutte impitoyable pour le pouvoir économique et politique en Valais ? Qu’on s’interroge sur les raisons concrètes du tableau manichéen qu’il dresse de la magouille valaisanne, toujours située du même côté ? Qu’on relève que dans un journal sérieux, les conflits d’intérêts personnels et familiaux de M. Felley auraient dû le maintenir strictement à l’écart de la rubrique « Valais » ? Alors que c’est justement celle où il donne le meilleur, c’est-à-dire le pire, de lui-même.

M. Felley est aussi romancier (Nouvelliste, 12.4.2012)

Tout ceci ne sont évidemment que des rumeurs. On peut être certain que personne ne fera écho à ces fake news et que la profession journalistique se lèvera comme un seul homme pour défendre la compétence et l’intégrité de M. Eric Felley. Un prix Jean-Dumur pourrait utilement bétonner son CV.

Or, si l’on voulait sauver la profession, c’est un autre prix qu’on devrait créer pour les cas comme Eric Felley : le prix Darwin du journalisme. Ce prix distinguerait les journalistes qui, par bêtise, malhonnêteté ou incompétence, auraient le plus contribué à accélérer la mort programmée de leur espèce. Cela donnerait au public une meilleure idée de la moralité de ceux qui lui font la morale.

Post Scriptum

Nous invitons le lecteur à méditer sur le « pain de méninges » de cette semaine, le portrait d’un certain journalisme dressé par Karl Liebknecht en 1872 et cité par Karl Kraus dans Die Presse.

  • Une première version de ce texte est parue sur 1Dex.ch le 29.12.2018.

  • Article de Slobodan Despot paru dans la rubrique «La poire d’angoisse» de l’Antipresse n° 161 du 30/12/2018.

On peut aussi lire…

This category can only be viewed by members. To view this category, sign up by purchasing Club-annuel, Nomade-annuel or Lecteur-annuel.

L’Ouest est à l’ouest (1)

Qui a tué Donald Trump? Si la question avait dû se poser ainsi, nous n’aurions peut-être même plus le loisir d’y réfléchir aujourd’hui. Mais elle s’est posée autrement: qui a VOULU tuer Donald Trump? Et là, elle débouche sur un abîme de réflexions donc ces quelques lignes ne sont qu’une esquisse.

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

Les cercles de déni (2/2): caducité de la loi et paronomôn

De nos jours, l’«immunité parlementaire» permet aux députés d’échapper aux conséquences de leurs actions. Dans l’Athènes antique, c’était exactement le contraire: en proposant une loi irrecevable, on mettait sa propre tête en jeu… S’étonnera-t-on si nos régimes, privés de tout contre-pouvoir, sombrent dans le chaos?

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

Avalon

Cela me paraît de plus en plus incroyable à mesure que le temps passe, mais j’ai connu les frénétiques années 1980. On draguait au son de la New Wave, dandyesque, dansant, érotisé et so british. C’était chargé de langueurs, de sous-entendus et d’allusions artistiques, comme un bal masqué dans un palais vénitien.

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

Le chaos sans la guerre civile

Macron et Mélenchon ont beau déclarer la guerre civile à la France périphérique, ce n’est pas pour autant demain ou même après-demain que la France tout court basculera dans la guerre civile. Un autre scénario se profile plutôt.

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

L’ermite des tempêtes

On hésite toujours un peu avant de dévoiler de tels lieux. Le mieux serait peut-être de l’enfermer dans l’album de souvenirs de son cœur et d’y retourner, si possible incognito, lorsque l’occasion se présente. D’un autre côté, il me semble que de ne pas en parler en ces temps troublés serait cruel,un peu comme refuser l’eau à l’assoiffé. Car la simple existence de cette forteresse, et du chevalier qui l’habite, constitue une bonne nouvelle et une défaite de l’empire du Rien.

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

Un ennemi pas comme les autres: un Français sur trois

Qu’est-ce que le pouvoir ne serait pas prêt à sacrifier pour «barrer la route à l’extrême droite»? Ses «valeurs»? Entendu, ce sont de toute façon des abstractions. Ses idées? D’accord, elles sont jetables. L’État de droit, ou ce qu’il en reste, aussi. Mais alors… de quel côté se trouve le vrai péril pour la démocratie?

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

L’Apocalypse selon Saint Jean (Raspail)

Que se passe-t-il quand une civilisation se meurt? Il lui arrive à peu près la même chose qu’à certains vieux aigris et revenus de tout: elle se rigidifie, se crispe sur des convictions qui ne renseignent plus sur le monde extérieur, verse dans la paranoïa — elle ne produit plus en d’autres termes que de l’idéologie. Or à quoi assistons-nous aujourd’hui sinon à un grand choc des idéologies?

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

Faire sécession

Nous nous côtoyons encore, mais nous ne formons plus une société. Nous voyons se défaire sous nos yeux les liens fondamentaux qui font tenir ensemble la cité. Y a-t-il encore moyen d’enrayer cette décomposition?

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

Des élections pour rien?

La France est encore en proie à la fièvre électorale. Trois options radicalement opposées s’offrent à elle et les extrêmes menacent d’écraser le centre. Mais que se passerait-il réellement si ces extrêmes l’emportaient?

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

Pacifiste, un métier à risque

Ceux qui s’engagent pour la paix dans les époques d’escalade guerrière vivent dangereusement. Les loups solitaires pullulent dans les rues et les balles perdues ne le sont pas pour tout le monde. A moins que ces loups ne soient pas si solitaires que ça…

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

Le stoïcisme comme réalité

On n’écrit plus aujourd’hui de livres de ce genre: près de mille pages, en plus d’une certaine densité, bien construit et pensé, se nourrissant d’innombrables lectures, en même temps que d’une bonne expérience de la vie et de ses difficultés. L’auteur dit qu’il a mis huit ans à l’écrire, on le croit volontiers. Ce livre a demandé en tout cas beaucoup de travail. Mais le résultat est là: un livre magnifique.

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

Opprimer au nom de la dignité: le cas Alain Soral

La condamnation d’Alain Soral en Suisse pour délit d’opinion révèle une contradiction spectaculaire entre la loi et les principes constitutionnels. En voici une analyse juridique argumentée pointant une grave régression du droit que le système recouvre d’un voile de pudeur.

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

L’Antidote!

Chaque dimanche matin dans votre boîte mail, une dose d’air frais et de liberté d’esprit pour la semaine. Pourquoi ne pas vous abonner?

Nous soutenir