«Je ne suis plus médecin»

par | 23.10.2016 | En accès libre, Enfumages, Eric Werner

Le robot ressemble à l’être humain, il a toutes les apparences d’un être humain, mais ce n’est pas un être humain, car il lui manque ce qui fait qu’un être humain, un vrai, en est un, à savoir la volonté, la libre disposition de soi. On pourrait aussi dire que c’est un corps privé de volonté. La plupart des gens, aujourd’hui, sont des corps privés de volonté.
L’autre jour, j’étais chez mon médecin. Non pas mon médecin traitant, comme on le dit en jargon (robotisé), mais son remplaçant occasionnel. La salle d’attente était vide, ce qui fait que la consultation s’est prolongée un peu plus que de coutume. Et à un moment donné, c’est le médecin qui est devenu mon patient. Il me parle de ses conditions de travail, conditions qui n’ont cessé de se dégrader depuis une quinzaine d’années. Je ne suis plus médecin, dit-il, mon métier s’est robotisé. En vrac: dictature des caisses maladies, inflation des tâches administratives, stress, etc. Tout est aujourd’hui minuté, tarifé. L’échange verbal lui-même n’échappe pas à la tarification. C’est le système Tarmed, en vigueur en Suisse depuis, simple coïncidence, une quinzaine d’années: système s’inscrivant dans une logique de quantification poussée jusqu’à la caricature, en lien avec la planification fonctionnelle, fleuron du new public management.

Mon interlocuteur ne dit pas que le système Tarmed a été approuvé en son temps par les représentants des médecins, mais je le laisse parler. A quoi, aujourd’hui, servent les syndicats ou les associations professionnelles, ce serait un sujet en soi.

Je regrette d’avoir fait des études médicales, poursuit mon interlocuteur. 15-20 ans de formation pour en arriver là, ce n’était pas la peine. En plus il s’estime sous-payé. Lui touche le salaire moyen en Suisse, 5-6’000 francs, alors qu’il est sur la brèche du matin au soir, parfois même la nuit et le week-end. Il compare avec ce que touche le ministre en charge de la santé publique, un non-médecin, lui: 250’000 francs par an. Là il se trompe, il est en dessous de la réalité. Mais je ne le lui dirai pas. Le pauvre, il est déjà assez démoralisé comme ça. Il enchaîne ensuite avec ses patients. Eux aussi, tels qu’il les décrit, sont victimes de la robotisation. Mais en règle générale ils ne le savent pas. C’est le corps qui parle pour eux: le corps qui craque, dysfonctionne, en fait se révolte. Les gens dépriment, dorment mal, certains, on le sait, font même des cancers. Stress, harcèlement, souffrance au travail, je ne comprends pas, Docteur. Le médecin pourrait le leur expliquer, remonter aux causes. Mais les caisses maladie risqueraient alors d’intervenir: Docteur, nous défendons la loi et l’ordre. Arrêtez tout de suite.

Le médecin écoute quand il le peut, mais justement il n’a pas toujours le temps d’écouter. Le chronomètre fait tic-tac. On est là au cœur du problème. Beaucoup de maladies actuelles sont liées à la robotisation. On demande aux médecins de les soigner, mais comment pourraient-ils le faire, puisqu’eux-mêmes, qu’ils en soient ou non conscients (en règle générale, ils ne le sont pas), se robotisent ou sont déjà robotisés? Docteur, guéris-toi toi-même. Comment un corps privé de volonté pourrait-il en aider un autre à récupérer ce dont lui-même est privé? A quoi s’ajoute le tout-numérique. Car si tout est minuté, chronométré, tarifé, tout aussi bien est numérisé. Le corps n’est plus ici seulement privé de volonté, mais de réalité. Il n’est plus qu’une simple copie-fac-similé de lui-même: ce qui reste de quelqu’un après sa mort. En ce sens, les médecins se sont pour la plupart aujourd’hui transformés en médecins légistes. Pourquoi non.

Le médecin me parle aussi des rapports de force au centre hospitalier, centre auquel il a parfois affaire. Aucune critique n’est tolérée. Ou alors c’est la porte. Il cite un exemple, un professeur renommé. C’est le stade ultime de la robotisation: quand tous se taisent.

Comment échapper à la robotisation (se dérobotiser, si l’on ose dire)? C’est un problème général, il ne concerne pas seulement la santé (même si la santé, se situant en aval de tout le reste, est particulièrement concernée), mais aussi l’économie, l’école, l’ensemble des activités humaines, en fait. Comment se dérobotiser? En s’entraînant, bien sûr, à l’autonomie. S’entraîner à l’autonomie, cela signifie d’abord prendre soin de soi, être respectueux de soi. Adopter, quand on le peut, un autre rythme de vie que le rythme aujourd’hui imposé. «Réduire le rythme»(*). Ce n’est, il est vrai, pas toujours possible. Mais on peut au moins essayer. Faire un bout de chemin au moins dans cette direction.

Et surtout, prendre conscience de l’importance du problème. Être conscient du risque de robotisation est en soi déjà un début de dérobotisation. La conversation qui précède est bien sûr complètement inventée. Mais le personnage qui parle peut ici servir d’exemple. Il témoigne d’un début au moins d’affranchissement.

(*) François de Bernard, _L’Homme post-numérique_, Yves Michel, 2016, p. 69.

  • Article de Eric Werner paru dans la rubrique «Enfumages» de l’Antipresse n° 47 du 23.10.2016.

On peut aussi lire…

This category can only be viewed by members. To view this category, sign up by purchasing Club-annuel, Nomade-annuel or Lecteur-annuel.

L’ermite des tempêtes

On hésite toujours un peu avant de dévoiler de tels lieux. Le mieux serait peut-être de l’enfermer dans l’album de souvenirs de son cœur et d’y retourner, si possible incognito, lorsque l’occasion se présente. D’un autre côté, il me semble que de ne pas en parler en ces temps troublés serait cruel,un peu comme refuser l’eau à l’assoiffé. Car la simple existence de cette forteresse, et du chevalier qui l’habite, constitue une bonne nouvelle et une défaite de l’empire du Rien.

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

Les cercles de déni (1/2): contagion délirante et caducité de la loi

A la différence du peuple colombien, parmi lequel elle vit, Ariane Bilheran remarque que les Français redemandent sans cesse leur dose d’illusions. Les récentes bouffées de haine et d’hypocrisie collectives illustrent cette addiction de manière éclatante.

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

Suicide par haine interposée

Quel rapport entre la mythomanie russophobe de Kaja Kallas et le chahut monté contre Novak Djoković à Wimbledon? Aucun, je vous assure. Juste une synchronicité. Ou de vagues soupçons de contagion haineuse?

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

Un ennemi pas comme les autres: un Français sur trois

Qu’est-ce que le pouvoir ne serait pas prêt à sacrifier pour «barrer la route à l’extrême droite»? Ses «valeurs»? Entendu, ce sont de toute façon des abstractions. Ses idées? D’accord, elles sont jetables. L’État de droit, ou ce qu’il en reste, aussi. Mais alors… de quel côté se trouve le vrai péril pour la démocratie?

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

L’Apocalypse selon Saint Jean (Raspail)

Que se passe-t-il quand une civilisation se meurt? Il lui arrive à peu près la même chose qu’à certains vieux aigris et revenus de tout: elle se rigidifie, se crispe sur des convictions qui ne renseignent plus sur le monde extérieur, verse dans la paranoïa — elle ne produit plus en d’autres termes que de l’idéologie. Or à quoi assistons-nous aujourd’hui sinon à un grand choc des idéologies?

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

Faire sécession

Nous nous côtoyons encore, mais nous ne formons plus une société. Nous voyons se défaire sous nos yeux les liens fondamentaux qui font tenir ensemble la cité. Y a-t-il encore moyen d’enrayer cette décomposition?

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

Des élections pour rien?

La France est encore en proie à la fièvre électorale. Trois options radicalement opposées s’offrent à elle et les extrêmes menacent d’écraser le centre. Mais que se passerait-il réellement si ces extrêmes l’emportaient?

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

Pacifiste, un métier à risque

Ceux qui s’engagent pour la paix dans les époques d’escalade guerrière vivent dangereusement. Les loups solitaires pullulent dans les rues et les balles perdues ne le sont pas pour tout le monde. A moins que ces loups ne soient pas si solitaires que ça…

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

Le stoïcisme comme réalité

On n’écrit plus aujourd’hui de livres de ce genre: près de mille pages, en plus d’une certaine densité, bien construit et pensé, se nourrissant d’innombrables lectures, en même temps que d’une bonne expérience de la vie et de ses difficultés. L’auteur dit qu’il a mis huit ans à l’écrire, on le croit volontiers. Ce livre a demandé en tout cas beaucoup de travail. Mais le résultat est là: un livre magnifique.

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

Opprimer au nom de la dignité: le cas Alain Soral

La condamnation d’Alain Soral en Suisse pour délit d’opinion révèle une contradiction spectaculaire entre la loi et les principes constitutionnels. En voici une analyse juridique argumentée pointant une grave régression du droit que le système recouvre d’un voile de pudeur.

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

Guerre nucléaire et pulsion de mort

On aimerait dire le contraire, mais chaque jour qui passe nous rapproche un peu plus du moment où nous allons très probablement basculer dans la guerre. Et quand je parle de guerre, je ne fais pas référence à la «petite guerre», celle dont il était question dans ma précédente chronique: criminalité endémique, colonisation-immigration, terrorisme au quotidien, etc.

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

La guerre en Europe et les leçons du conflit israélien

Guerre en Europe: où en sommes-nous? Si l’on écoute le Ministre allemand de la Défense, les Russes devraient attaquer prochainement! Mais que dit une analyse géopolitique et polémologique plus approfondie? On va le voir, celle-ci tend à mettre au jour un autre type de menace. Qu’en est-il?

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

L’Antidote!

Chaque dimanche matin dans votre boîte mail, une dose d’air frais et de liberté d’esprit pour la semaine. Pourquoi ne pas vous abonner?

Nous soutenir