religion

Ce Diable méconnu: le Satan du XIXe siècle

La plupart d’entre nous ont une fausse idée de Satan. Nous nous représentons un être doté de cornes, d’ailes, de griffes et d’une peau rouge sang; un être qui incarne la méchanceté; un être menant une guerre d’usure contre Dieu et la race humaine. Mais le Diable n’est pas qu’une figure caricaturale qui ourdit la destruction universelle (ou, dans une humeur plus badine, possédant des jeunes filles et des prêtres). Il fut un temps, pas si lointain, où il était connu pour se mouvoir dans des cercles distingués.

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

lire plus

Les médias occidentaux comme institution religieuse

Les médias sont la divinité sans visage de la société occidentale, vénérée même par ceux qui s’en croient les patrons et maîtres. Tout ce que font ces gens est de servir leur divinité en qualité de prêtres, bien entendu contre bons salaires et profits. Cet avertissement vieux de plus de vingt ans sur la fonction sacerdotale de l’appareil médiatique prend tout son sens aujourd’hui.

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

lire plus

Le miracle de saint Georges

La Saint-Georges, chez les Serbes, est la grande fête du printemps et du renouveau (23 avril/6 mai). C’est aussi l’une des slavas les plus populaires. Aleksandra Pavićević nous adresse ce conte miraculeux qui illustre une coutume spécifique à ce peuple: le culte d’un saint patron familial, et non personnel, dont la vénération se transmet de père en fils depuis la nuit des temps.

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

lire plus

Point d’orgue

Pour entrer dans le meilleur des mondes que promet la civilisation numérique, il n’y avait pas qu’un bagage à acquérir: il y avait aussi un bagage à larguer. C’est pourquoi beaucoup d’entre nous ont décidé de rester à quai. Le voyage inaugural du «Titanic» s’est fait sans eux…

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

lire plus

Comment filme-t-on la sainteté?

«Un homme de Dieu» de Yelena Popovic sera bientôt projeté dans les salles de France. Il n’est pas excessif de dire que c’est l’un des films les plus inespérés de ces dernières années. Il nous rappelle, sobrement, concrètement, que le surnaturel se cache là où on le cherche le moins: au cœur du réel.

lire plus

De l’amitié, par Béla Hamvas (2/2)

**Béla Hamvas (1897-1968) est l’un des grands penseurs de la Tradition au XXe siècle, mais aussi un témoin de son temps. Réduit à la misère et humilié par le communisme hongrois, il a composé une œuvre immense, d’une liberté de pensée totale, sans aucun espoir de la voir publiée un jour. L’histoire a démenti son pessimisme. Ses textes nous invitent à une remise en question fondamentale de nos idées sur la vie et la mort, l’art et la culture, l’individu et la société.**

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

lire plus

«Sur Dieu» de Rainer Maria Rilke

La mission d’une vie d’homme est de renouer avec le cycle éternel: Dieu, amour et mort.

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

lire plus

De l’amitié, par Béla Hamvas (1/2)

Béla Hamvas (1897-1968) est l’un des grands penseurs de la Tradition au XXe siècle, mais aussi un témoin de son temps. Réduit à la misère et humilié par le communisme hongrois, il a composé une œuvre immense, d’une liberté de pensée totale, sans aucun espoir de la voir publiée un jour. L’histoire a démenti son pessimisme. Ses textes nous invitent à une remise en question fondamentale de nos idées sur la vie et la mort, l’art et la culture, l’individu et la société.

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

lire plus

Qui est ma mère et qui sont mes frères? (Les voies de traverse, 9)

Le monde que nous avons connu s’écroule sous nos yeux. Nous sommes atomisés, abandonnés, seuls. Cette effrayante détresse a au moins un avantage: elle nous permet de recomposer librement le cercle de notre famille et de nos amis. En cette matière au moins, nous avons encore le choix.

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

lire plus