La folie du monde vue par l’Antipresse

ECONOMIE • A qui profite le Covid?

23.06.2020

Va-t-on s’en étonner? Les Anglo-Saxons, avec leur vantardise et leur obsession de la compétition, nous vendent la mèche. Le Financial Times publie la liste des «compagnies qui ont le mieux prospéré durant la pandémie». Les entreprises qui ont le mieux tiré leur épingle du jeu «Coronavirus» sont toutes des entreprises technologiques:

La tête du classement est menée par les ‘usual suspects’: Amazon, Microsoft et Apple qui ont vu leurs valorisations boursières augmenter pendant la crise de 400, 270 et 220 milliards de dollars respectivement.

Oui, vous avez bien lui: à elles seules, ces trois boîtes américaines ont enflé de presqu’un billion de dollars en trois mois!

Dans le peloton de tête, on trouve aussi Tesla, Facebook, Google, PayPal, Netflix et les géants chinois comme Tencent, JD.com, Alibaba…

Le facétieux site Business AM a pris sa meilleure loupe pour chercher dans ce classement les sociétés européennes. Le résultat est tellement… modeste qu’il ressemble à «une nécrologie pour l’UE». Audi en 18e position (surtout grâce à une opération financière interne), Nestlé en 51e, L’Oréal tout juste 95e pour avoir fortement misé sur sa vente en ligne (et donc contribué à l’enrichissement du Top 10).

La conclusion se passe de commmentaires:

Le fait que l’Europe reste un ‘nain’ en termes technologiques n’est pas nouveau. Mais le classement confirme non seulement que ce déséquilibre prend progressivement des proportions hors normes, mais qu’il semble également irréversible.

Et n’allez pas dire que le BigData a exploité un «momentum Covid-19» (Intelligence Online n° 851, 15.4.2020). Vous serez traité d’épouvantable complotiste et privé de Twitter!

Les Turbulences sont les cailloux sur le chemin qui mène à l’Antipresse, hebdomadaire unique et indépendant animé par l’intelligence naturelle.
Vous pouvez vous y abonner ici!

Ne lisez pas ce message!

Les sites internet sont compliqués, lents, pleins d’obstacles.
Les lettres sont personnelles et sûres.
Les choses essentielles ne sont pas placardées sur les murs: elles sont dites dans des lettres.
C’est pourquoi l’Antipresse est une lettre-magazine adressée à ses abonnés.
Vous vous abonnez une fois et vous n’aurez plus jamais besoin de voir cette fenêtre, ni même ce site.

Pour cela, il vous suffit de vous abonner ici (ou de vous connecter si vous êtes déjà dans le cercle).

Merci ! Un message de confirmation va vous parvenir.