La folie du monde vue par l’Antipresse

COVID-19 • Bernard Dugué : les populations prises pour cobayes

4.05.2020

Sommes-nous en train d’assister à une expérience de Milgram à l’échelle des peuples, se demande Bernard Dugué, chercheur et philosophe, dans un grand entretien avec Slobodan Despot publié dans l’Antipresse. Entre sang-froid scientifique et hérésie politique, il livre un véritable manifesté en faveur de la liberté de mouvement et de pensée en des temps de dictature sanitaire.

«Pour le reste, nous avons affaire à un étrange dévoilement. Chacun révèle un peu de lui-même. La plupart des intellectuels sont restés discrets. Seuls André Comte-Sponville et quelques autres se sont exprimés en philosophes engagés. Un bon nombre se regardent le nombril en confinement, confient leurs états d’âme, sans sacrifier à la notoriété médiatique en jouant sur Skype. Ils gèrent la résilience, se prenant pour les héros d’une série télé dont le scénario a été écrit par Boris Cyrulnik. Ils ne regardent pas les drames se jouant dans la société et les dérives du pouvoir. On peut «pressentir» un monde d’après qui devrait être le même que celui d’avant mais en pire, pas seulement au niveau de la géopolitique. (…)

Pour comprendre et expliquer ce qui arrive, il y a quelques cartes philosophiques à jouer mais elles sont bien rangées sous le tapis par l’intelligentsia française. (…) Se pourrait-il que ce soit une fin de l’Histoire prométhéenne dévoilée par une particule virale de 100 nanomètres de diamètre? Ou alors la figure de l’homme balayée telle une dune de sable après une vague, comme l’indique l’épilogue des Mots et des Choses de Foucault dont l’oracle nous parle? Le pouvoir ne s’intéresse plus à l’homme, au sujet de la modernité, il s’occupe de la maladie, du virus, faisant de cette pathologie un objet d’expérience scientifique à l’échelle nationale, avec l’appui des experts sanitaires.»

Lire l’intégralité de l’interview sur l’Antipresse

Les Turbulences sont les cailloux sur le chemin qui mène à l’Antipresse, hebdomadaire unique et indépendant animé par l’intelligence naturelle.
Vous pouvez vous y abonner ici!

Ne lisez pas ce message!

Les sites internet sont compliqués, lents, pleins d’obstacles.
Les lettres sont personnelles et sûres.
Les choses essentielles ne sont pas placardées sur les murs: elles sont dites dans des lettres.
C’est pourquoi l’Antipresse est une lettre-magazine adressée à ses abonnés.
Vous vous abonnez une fois et vous n’aurez plus jamais besoin de voir cette fenêtre, ni même ce site.

Pour cela, il vous suffit de vous abonner ici (ou de vous connecter si vous êtes déjà dans le cercle).

Merci ! Un message de confirmation va vous parvenir.