La folie du monde vue par l’Antipresse

RACISME • L’opération «déblanchiment» de L’Oréal lui saute à la figure

30.06.2020

Les mages du marketing chez L’Oréal ont sans doute cru faire le coup du siècle en décidant de surenchérir sur l’hystérie racialiste ambiante et bannir du vocabulaire de la marque toute allusion à la blancheur.

Se blanchir en se noircissant, l’idée est cocasse mais pas si surprenante. La marque n’en est pas à sa première opération de cleaning — ni à sa première idylle avec les idées totalitaires du moment.

Il lui aura d’abord soigneusement gommer de l’histoire la figure de son fondateur, Eugène Schueller, antisémite, partisan du nazisme et très peu démocrate. «Nous devons arracher du cœur des hommes les concepts enfantins de liberté, d’égalité et même de fraternité», écrivait-il ainsi dans son livre La révolution de l’économie.

Quoi qu’il en soit, cette manœuvre exemplaire d’hypocrisie capitaliste n’a pas vraiment été une réussite. Elle a surtout suscité un raz-de-marée hostile sur les réseaux sociaux. Montrant qu’il est encore possible de résister, par la pression économique, au décervelage totalitaire.

…peu de temps après cette annonce, une campagne de boycott de la marque via le #BoycottLoreal (sur Twitter) a été lancée. L’outil de veille des réseaux sociaux Visibrain observe que « la récente actualité autour du groupe L’Oréal a suscité 157.835 tweets (depuis l’annonce, NDLR), soit 9 fois plus de messages qu’en temps normal. Parmi ces messages, 72.195 appellent directement au boycott de la marque»… Dimanche matin, le hashtag s’est même classé en tête des « trending topics », c’est à dire des sujets les plus commentés sur le réseau social.

Pour enfoncer définitivement un clou d’argent dans le cercueil de ces vampires, l’Antipresse suggère non seulement de diffuser le hashtag #BoycottLoreal, mais surtout de prévenir tout votre entourage contre ces cosmétiques historiquement saturées en produits de blanchiment.

Ainsi, avec un peu de chance, la foireuse campagne de L’Oréal rejoindra les classiques du marketing suicidaire, aux côtés de l’Indien Tata, qui tua sa fameuse voiture «la moins chère du monde», la Nano, avec un slogan publicitaire mal choisi.

Les Turbulences sont les cailloux sur le chemin qui mène à l’Antipresse, hebdomadaire unique et indépendant animé par l’intelligence naturelle.
Vous pouvez vous y abonner ici!

Ne lisez pas ce message!

Les sites internet sont compliqués, lents, pleins d’obstacles.
Les lettres sont personnelles et sûres.
Les choses essentielles ne sont pas placardées sur les murs: elles sont dites dans des lettres.
C’est pourquoi l’Antipresse est une lettre-magazine adressée à ses abonnés.
Vous vous abonnez une fois et vous n’aurez plus jamais besoin de voir cette fenêtre, ni même ce site.

Pour cela, il vous suffit de vous abonner ici (ou de vous connecter si vous êtes déjà dans le cercle).

Merci ! Un message de confirmation va vous parvenir.