La folie du monde vue par l’Antipresse

TROLL • Maria Zakharova remonte les jarretelles au président serbe

6.09.2020

Sous le patronage du président Trump, la Serbie et le Kosovo ont signé à Washington des accords de «paix» et de coopération assez mal pris en Serbie.

Etrangement, c’est un Etat tiers qui a volé la vedette, puisqu’Israël a annoncé sa reconnaissance prochaine du Kosovo, tandis que le président Vučić — à sa propre surprise, dirait-on — a accepté le transfert de l’ambassade de Serbie à Jérusalem.

Beaucoup de commentateurs ont jugé cette visite humiliante. La porte-parole du ministère des Affaires étrangères russes, Maria Zakharova, s’est même fendue sur Facebook d’un «conseil d’ami» assez mordant, assorti de deux photos superposées: en haut, Vučić assis comme un écolier pris en faute sur une chaise devant le bureau du président Trump; en bas, de superbes jambes de femme en talons aiguille, croisées avec arrogance (celles de Sharon Stone dans Basic Instinct).

«Si l’on vous a convoqué à Belgrade et qu’on a placé votre chaise comme pour un interrogatoire, installez-vous comme sur la photo n°2. Qui que vous soyez. Il vous faut juste me croire.

Sentant qu’elle frôle l’incident diplomatique, la blonde moscovite se corrige. Son coup de griffe, ajoute-t-elle, a été mal compris. Il n’était pas dirigé contre le président serbe, mais contre l’arrogance yankee:

M.à.j. Excusez-moi, mais mon post a été mal interprété ! La seule chose qu’il contenait était une aversion pour l’arrogance des gens «supérieurs». Les astuces protocolaires sont l’une des techniques que les fonctionnaires américains utilisent régulièrement pour créer l’apparence de leur propre exclusivité. Et ça, c’est inacceptable.»

Les Turbulences sont les cailloux sur le chemin qui mène à l’Antipresse, hebdomadaire unique et indépendant animé par l’intelligence naturelle.
Vous pouvez vous y abonner ici!

felis elit. eget Donec dictum luctus

Ne lisez pas ce message!

Les sites internet sont compliqués, lents, pleins d’obstacles.
Les lettres sont personnelles et sûres.
Les choses essentielles ne sont pas placardées sur les murs: elles sont dites dans des lettres.
C’est pourquoi l’Antipresse est une lettre-magazine adressée à ses abonnés.
Vous vous abonnez une fois et vous n’aurez plus jamais besoin de voir cette fenêtre, ni même ce site.

Pour cela, il vous suffit de vous abonner ici (ou de vous connecter si vous êtes déjà dans le cercle).

Merci ! Un message de confirmation va vous parvenir.